vendredi,18 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Averda fustige l’attitude de Léandre Zue et réclame deux ans d’impayés

Gabon: Averda fustige l’attitude de Léandre Zue et réclame deux ans d’impayés

Alors que le maire de Libreville est en croisade contre les sociétés Clean Africa et Averda à qui il fait un certain nombre de griefs, se disant même prêt à rompre leurs contrats, cette dernière dans un communiqué parvenu à la rédaction de Gabon Media Time, a tenu à réagir. Ainsi, Averda a tenu à rappeler qu’elle « reste déterminée à honorer son contrat et à respecter ses engagements envers l’État gabonais et ses habitants », tout en fustigeant l’attitude de l’Etat gabonais qui lui doit plus de deux ans d’arriérés. 

C’est ce qui ressort d’un communiqué de la société Averda parvenu à la rédaction de Gabon Media Time. Dans cette déclaration, la société indique « qu’en dépit des nombreux défis, dont les plus critiques sont le retard de paiement de deux ans et les difficultés d’accès au site d’enfouissement de Mindoube, elle reste déterminée à honorer son contrat et à respecter ses engagements envers l’État Gabonais et ses habitants ».

En effet, présente au Gabon depuis 2014 date de la signature de son contrat avec l’Etat gabonais via la société Clean Africa, Averda a « considérablement investi dans ce projet ». Comme le souligne le communiqué, la société « a déployé une trentaine de véhicules et des milliers de bennes à travers la ville et employé plus de 700 agents de propreté qui nettoient sans relâche la capitale », dans le but « d’assainir Libreville ». 

De ce fait, la société, en s’interrogeant sur « les échos négatifs et injustifiés à son égard », indique qu’elle « continuera de faire tout ce qui est en son pouvoir afin de servir Libreville et ses habitants du mieux possible et assurer un emploi sûr et stable à nos 700 employés gabonais et leurs familles ». Cette situation qui crée à la fois un climat d’incertitude pour les uns et d’ambiguïté pour les autres, n’a actuellement pour seule conséquence, que de faire de la capitale gabonaise l’une des plus insalubres de la sous-région. 

Qui doit prendre ses responsabilités dans cette affaire? Qui sont les personnalités du ministère de l’Intérieur et de la Présidence de la République impliquées dans cette affaire et dont parle Jeune Afrique? Qu’est ce qui justifie un montant de plus de 950 millions de Fcfa par mois pour le ramassage des ordures dans la capitale? Autant de questions qui restent en suspens et qui créent ce statu-quo, pénalisant pour les populations. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt