Gabon: Aubameyang et les Panthères, le divorce est-il consommé ?

Pierre Emerick Aubameyang © D.R

S’il est aujourd’hui l’un des tout meilleurs attaquants du monde comme en témoignent ses statistiques, Pierre Emerick Aubameyang n’a jamais su hausser son niveau de jeu pour faire progresser la sélection. Présent lors du dernier match face au Burundi qui s’est soldé par une élimination des Panthères, captain Aubameyang aura brillé par son manque d’implication et de volonté à aller chercher cette qualification qui était pourtant à portée de main.



Viendra, viendra pas, le feuilleton Aubameyang aura cristallisé les attentions faisant presque oublier l’enjeu qui était pourtant de taille. Entre récriminations (légitimes) à l’endroit des dirigeants du football gabonais, volonté de venir en aide à l’équipe et climat social délétère, l’attaquant des Gunners d’Arsenal et actuel deuxième meilleur buteur de Premier League, n’aura finalement pas apporté grand chose à la sélection.

En effet, auteur d’un match insipide teinté d’absence de volonté, l’ancien Stéphanois n’aura pas “mouillé le maillot” comme il l’avait laissé entendre sur les réseaux sociaux. Pis, sa nonchalance et son manque de leadership en tant que capitaine ont totalement déteint sur une équipe déjà en perte de vitesse. Ainsi, alors que les supporters étaient en droit d’attendre un exploit retentissant de leur capitaine et meilleur joueur, ce dernier a tout simplement rendu sa pire copie en sélection.

Si d’aucuns penseront à une cabale contre le meilleur buteur africain de l’histoire de la Bundesliga, il n’en demeure pas moins que ce dernier aurait dû à l’instar de Cédric Bakambu de la RDC, ou le jeune Nicolas Pépé de Côte d’Ivoire, offrir la qualification aux Panthères et au Gabon, face à un pays dont le seul joueur connu Saido Berahino évolu en D2 anglaise.

Émaillé de péripéties et de facéties, jonché d’épines et souvent chaotique, le parcours de Pierre Emerick Aubameyang dont la retraite internationale est presque actée , n’aura pas été de tout repos en sélection. Celui qui avait hérité du brassard de capitaine de Daniel Cousin en plus des clés de l’équipe, n’aura finalement jamais été à la hauteur des attentes ni même des événements, même s’il est vrai que les conditions n’étaient pas toujours réunies.

Laissez votre commentaire