Gabon : attendu sur le terrain des malversations financières, le procureur préfère s’attaquer aux hôtels

Gabon Gabonmediatime Le Procureur De La République Près Le Tribunal De Première Instance De Libreville Olivier N’zahou Gabon
Le Procureur de la République près Le Tribunal de Première instance de Libreville Olivier N’zahou © L'Union

La politique de l’autruche ou l’art de la fuite des responsabilités, c’est sans conteste la nouvelle manoeuvre dans laquelle semble s’être lancé, le Procureur de la République, Olivié N’Zhaou, qui pour justifier son mutisme assourdissant, s’est cru malin en initiant des contrôles inopinés dans des restaurants et structures hôtelières de la capitale quand toute l’opinion est tournée vers les arrestations concomitantes et programmées des directeurs généraux d’entreprises publiques.  


Depuis un peu plus d’une semaine, une opération des forces de l’ordre dite Scorpion sévit dans Libreville avec comme cible principale les présumés criminels au col blanc. A cet effet, plusieurs directeurs généraux des régies financières les plus importantes du pays, ont fait soit l’objet d’une arrestation par les éléments de la Direction générale de la recherche de la gendarmerie nationale, ( DGR), soit ont été auditionnés  par les hommes de la Direction générale de contre ingérence et de la sécurité militaire communément appelée B2. 

Lire aussi: Gabon : Renaud Allogho Akoue entendu par la DGR/ 

La semaine qui vient de s’écouler, ce sont successivement, Renaud Allogho Akoue directeur (DG), de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Ismaēl Ondias Souna DG de la Société équatoriale des mines ( SEM), Jeremy Ayong ADGA de la Gabon Oil Marketing, et Herman Nzoundou Bignoumba, Administrateur directeur général de la Caisse de dépôts et consignations (CDC) qui auraient subi les affres de « l’opération scorpion » déclenchée depuis le mercredi 13 novembre, soit par une audition au B2, soit pour arrestation par les forces de défense. 

Lire aussi: Gabon : Ismaël Ondias Souna auditionné au B2 

Chose étrange , toutes ces interpellations n’ont à l’heure actuelle, toujours pas poussé le parquet et le procureur de la république à réagir en édifiant les gabonais sur les raisons exactes desdites arrestations. Pourtant, ces opérations n’auraient pas pu se faire sans l’aval du parquet dont il est le représentant. En matière pénale, le rôle du parquet ou du ministère public est de rechercher les infractions et de poursuivre le cas échéant, leurs auteurs devant les tribunaux. Pendant la période de l’information, le magistrat du parquet a le pouvoir d’enquêter, et d’effectuer  toutes les actions nécessaires à l’enquête . 

Lire aussi: Opération scorpion : l’ADG de la CDC, Nzoundou Bignoumba auditionné à la DGR 

S’il souhaite une perquisition, il se prononce sur la mise en place des écoutes téléphoniques ou mieux, la  délivrance d’un mandat d’arrêt. Dit autrement, il est à l’origine de toutes les mesures qui peuvent heurter les libertés publiques d’autrui. Il a ainsi  l’obligation de saisir un juge d’instruction, aux fins de lui demander d’intervenir pour faire réaliser lesdites opérations. Pourquoi alors Olivier N’Zhaou ne sort-ils pas de son silence pour éclairer la lanterne de l’opinion? Pourquoi lui qui a souvent réagi avec promptitude sur certaines affaires, fait-il preuve d’autant d’aphasie dans cette affaire impliquant les hauts commis de l’Etat? Olivier N’Zhaou choisirait-il ses affaires au détriment d’autres nonobstant leur degré d’importance? 

Lire aussi : Gabon : arrestation des membres de l’AJEV, le silence inexpliqué du gouvernement 

Le Kevazingo Gate, du nom de cette affaire sur l’exploitation illégale d’un bois  dit “ Kevazingo “ et de la disparition de 353 containeurs de ce bois précieux est encore dans toutes les mémoires. Pour sortir de son mutisme, il a fallu que l’opinion s’insurge et que la pression des réseaux sociaux le contraigne à sortir de sa réserve. Olivier N’Zhaou semble peutêtre attendre pareil dénouement pour prendre ses responsabilités, pourtant le rôle du procureur , précisons le, est de d’assurer le respect de l’application de la loi pénale, d’initier des poursuites pénales et requérir des sanctions des auteurs d’infractions lors d’un procès

Lire aussi: Gabon: disparition mystérieuse de 353 containers de kevazingo saisis par la justice 

Olivier N’Zhaou ne semble résolument pas à avoir pris la mesure de sa mission globale. Il est plutôt plus enclin à se complaire dans la justice spectaculaire. Son appétence pour les cliquettement des photos, et pour les vidéos des caméras, le conduit presque mécaniquement à initier des opérations visant à médiatiser sa personne. Sa descente dans certains bars de la Capitale médiatisées par la télévision d’Etat pendant laquelle l’artiste S’hanel avait été interpellée, filmée à l’arrière d’un véhicule des forces de l’ordre, nous avait déjà donné un indice sur les priorités de l’homme. Cette énième sortie exactement dans le même esprit que la précédente, cette fois dans les restaurants de la capitale, ne vient que conforter ces faits. 

Lire aussi : Gabon : Olivier N’Zahou ferme Chez Jeannot, mais menace le Radisson Blu et le Ré-Ndama 

Attendu sur le terrain des malversations financières, le Procureur général de la République tente maladroitement de faire l’actualité et de détourner l’attention de l’opinion, sur les arrestations évoquées en amont, en effectuant ces descentes abruptes, médiatisées qui plus est, se substituant ainsi à l’Agence gabonaise de la sécurité alimentaire alors que sa place, est au coeur de l’opération scorpion qui bat son plein et qui engage directement ses fonctions. Question de priorité…   

Laissez votre commentaire