Gabon: les assureurs échangent sur la couverture du risque de violence politique

Andrew Gwodog lors du séminaire sur la couverture du risque de violence politique © GMT

Ce mardi 02 octobre s’est ouvert à Libreville un séminaire de formation à l’endroit des professionnels des assurances sur la couverture du risque de violence politique. Cet événement organisé par la Société commerciale Gabonaise de Réassurance (SCG-Ré) en partenariat avec International general insurance (IGI) a pour objectif d’édifier les acteurs du secteur  sur les mécanismes susceptibles de servir d’aiguillon pour le suivi de ce type de dommage.

Prévue se tenir du 02 au 03 octobre 2018 cette rencontre vient à point nommé au moment où le pays connaît une forte activité politique en l’occurrence avec l’organisation des élections législatives et locales. Une occasion choisie donc pour cette filiale du Fonds Gabonais d’investissement stratégique (FGIS) d’édifier les assureurs mais aussi les responsables politiques sur la nécessité de prévenir ces situations qui ont généralement des incidences sur l’économie.

L’autre objectif poursuivi par cette rencontre qui a vu la participation de nombreuses maisons d’assurance, est de contribuer à la formation des professionnels du secteur de l’assurance au Gabon, en donnant à ces derniers des outils pour commercialiser au mieux les garanties couvrant les risques de violence politique.  

Ce séminaire qui réunit des acteurs du marché des assurances gabonais mais aussi certains camerounais vise à doter les participants d’outils techniques dans la connaissance de ce risque devant leur permettre de repenser la couverture du risque de violence politique dans le processus de prise en compte; de renforcer les capacités de souscription; de développer la branche et de permettre aux autorités de créer un cadre institutionnel favorable à la protection des intérêts financiers des personnes morales et physiques.

Lors du discours marquant l’ouverture des travaux, l’administrateur directeur général de la SCG-Ré le Dr Andrew Gwodog a relevé l’importance que revêt l’organisation de ce séminaire la question évoquée ayant un impact indéniable sur le développement économique du pays. « L’organisation de cette formation répond à un double impératif, premièrement celui de renforcer  de manière permanente et périodique les compétences des professionnels du secteur de l’assurance. Ensuite l’application des mesures permettant une meilleure couverture des risques pour nos clients, quel type de contrat faut-il proposer qui couvre et qui est susceptible de couvrir la violence politique », a-t-il souligné.

Laissez votre commentaire