mercredi,23 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: assommés par les taxes, les pharmaciens risquent d'augmenter les prix des...

Gabon: assommés par les taxes, les pharmaciens risquent d’augmenter les prix des médicaments

a crise sanitaire liée à la propagation de la Covid-19 a eu un impact indéniable sur l’économie notamment sur le secteur pharmaceutique. C’est dans l’optique d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les difficultés qu’ils rencontrent que les professionnels de ce secteur réunis au sein  de l’Ordre national des pharmaciens du Gabon(ONPG) ont, au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi 09 septembre 2020, tenu à déplorer le poid fiscal dont ils sont victimes et surtout alerté sur l’éventualité d’une hausse du prix des médicaments si cette entrave n’est pas levée

Cette rencontre avec les hommes et femmes de médias animés par la présidente de l’ordre Dr. Marie Louise Rondi et la présidente du Syndicat des pharmaciens du Gabon (SPG) le Dr. Grâce Nze Nkoure avait pour objectif d’édifier l’opinion sur les difficultés qu’ils rencontrent. Des difficultés qui se sont accentuées avec la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 qui a eu un impact important sur le secteur. 

Si lors de son intervention la présidente de l’Ordre national des pharmaciens du Gabon a tenu à présenter les exigences qui entourent l’exercice de ce métier, elle n’a pas manqué de rappeler que cette corporation joue un rôle essentiel en matière de santé publique. Encadré par l’ordonnance n°10/2011 du 11 août 2011 portant organisation du secteur pharmaceutique en République gabonaise l’exercice de la profession nécessite de disposer d’un diplôme de doctorat en pharmacie ou d’un diplôme équivalent agrée qui s’obtient en 6 ans mais surtout d’être inscrit à l’ordre national des pharmaciens du Gabon. 

« Le pharmacien est là pour aider l’Etat à préserver la santé des populations. Nous sommes un maillon incontournables de la préservation de la santé de la population gabonaise », a relevé le Dr. Marie Louise Rondi. Un rôle de premier plan qui semble désormais menacé par les difficultés dont ils font l’objet notamment sur le plan fiscal. 

Selon la présidente du Syndicat, les officines font face depuis plusieurs années à la multiplication de taxe. Entre le paiement du certificat de conformité institué par l’arrêté n°1880 du ministère de l’Economie et des Finances, le paiement d’une taxe sur les gants et les masques durant la crise, la taxe sur la publicité exigé par les mairies du fait de l’installation d’enseignes ou encore la taxe sur la propreté à laquelle s’ajoute la taxe sur les ordures ménagères institué par le gouvernement, les pharmaciens ne savent plus à quel saint se vouer. « Nous sommes soumis à de la parafiscalité qui nous asphyxie littéralement. Il était donc question d’alerter l’opinion sur cette situation qui si on n’y prend pas garde pourrait aboutir à une augmentation du prix du médicament », a indiqué  le Dr. Grâce Nze Nkoure. 

Une situation qui devrait donc interpeller le gouvernement et plus particulièrement le ministre de la Santé le Dr.Guy Patrick Obiang qui se doit de trouver une solution pour éviter une flambée du prix du médicament qui aurait indéniablement un impact sur la vie des populations déjà accablées par la crise sanitaire. 



Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt