Gabon : arrestation d’Allogho Akoue, «de la distraction», selon le sénateur Owono Nguema

Gabon Gabonmediatime Jean Christophe Owono Nguema Et Renaud Allogho Akoue
Le vénérable Jean Christophe Owono Nguema et l'ancien DG de la CNAMGS Renaud Allogho Akoue. © D.R/GMT.

L’interpellation musclée de l’ancien directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) Renaud Allogho Akoue devant ses anciens collaborateurs n’a pas manqué de susciter des réactions au sein de l’opinion. C’est le cas de du 6ème vice-président du Sénat proche de l’Union nationale Jean Christophe Owono Nguema, qui doute du sérieux de la procédure lancée contre l’ancien patron de la Cnamgs. 


La chasse aux sorcières lancée ces derniers jours contre des personnalités politique et cadres proches de l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) est diversement appréciée au sein de l’opinion nationale. En effet, si certains se disent satisfaits de la vague d’interpellations observée ces dernières heures, d’autre s’interrogent sur la pertinence de ce qui apparaît presque comme une pièce de théâtre savamment orchestré par les autorités. 

Lire aussi : Gabon : Renaud Allogho Akoue entendu par la DGR 

Une position adoptée par le 6ème vice-président du Sénat et proche du parti d’opposition l’Union nationale qui assimile l’arrestation de l’ancien directeur général de Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale à de  « la distraction ». Il tient pour preuve la non interpellation de celui qui est considéré comme le maître à penser des malversations mis sur le dos de Renaud Allogho Akoue.  

Lire aussi : Gabon : Ismaël Ondias Souna auditionné au B2 

« Si vous mettez le petit aux arrêts, faites de même pour Laccruche et toute sa bande sans épargner tous les grands pilleurs de la République », a-t-il martelé. Avant d’appeler les Gabonaises et Gabonais à rester mobilisés  « pour neutraliser cet inique système Bongo/PDG qui fait de nous des sous-hommes et la risée du monde », a lancé Jean Christophe Owono Nguema.

Laissez votre commentaire