Gabon: après la vague d’accidents de circulation sur la voie express, faut-il des sanctions plus sévères?

Il ne se passe plus un jour sans que des familles ne soient endeuillées par des accidents de la circulation. Pour preuve en seulement deux jours, en l’occurrence le lundi 8 juillet et le mardi 09 juillet 2019, la route aura encore fait des victimes. En effet un premier accident s’est produit  au lieu dit Lac bleu, entre l’échangeur de la Cité de la Démocratie et les Charbonnages et l’autre a eu lieu dans les environs de la passerelle de Plein-ciel. Une situation qui soulève une fois de plus le débat sur les sanctions à infliger aux chauffards qui pullulent sur nos routes. 

Deux accidents en l’espace de deux jours sont survenus sur la voie express en ce début de semaine.  D’après des témoins de l’accident du lundi dernier, le conducteur du Toyota aurait consommé de l’alcool. En provenance de l’échangeur des Charbonnages, il aurait perdu le contrôle de son véhicule, avant de traverser le terreplein et percuter de plein fouet le taxi bus circulant dans le sens inverse. Il s’agirait là donc, selon certaines indiscrétions, d’une conduite en état d’ébriété qui aurait coûté la vie à trois personnes. 

L’autre drame enregistré ce début de semaine est celui qui s’est déroulé du côté de Plein-ciel, où un accident s’est déroulé dans des conditions quasi identiques que celui des Charbonnages. Si certaines sources parlent d’une personne décédée sur le champ, le bilan de cet incident reste à confirmer également. 

La violence de ces accidents de circulation interpelle une fois encore la conscience collective. Dans ces drames, l’excès de vitesse, l’état d’ébriété mais aussi la dégradation de la route sont souvent évoqués comme causes. En dépit des nombreuses campagnes de sensibilisation menées par les pouvoirs publics pour une réduction substantielle des accidents de la route, nous assistons à une recrudescence de ceux-ci. 

Les pouvoirs publics, notamment la Direction générale de la sécurité routière, gagneraient à multiplier les campagnes de sensibilisation mais aussi mettre l’accent désormais sur des sanctions plus coercitives pour dissuader les chauffards, à l’exemple du retrait du permis de conduire ou des sanctions pécuniaires.  

Sabine Kassa

Laissez votre commentaire