vendredi,7 août 2020
Accueil A La Une Gabon : après l'échec de l’ANGTI, place au Fonds autonome national d’entretien...

Gabon : après l’échec de l’ANGTI, place au Fonds autonome national d’entretien routier

Ce lundi 16 mars 2020, le Conseil des ministres qui s’est tenu au Palais du bord de mer de Libreville en présence du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba  a adopté,le projet de loi portant création du Fonds autonome national d’entretien routier (Faner). Une nouvelle entité qui aura pour mission d’administrer les ressources et exécuter les dépenses relatives à l’entretien du patrimoine routier national, mais qui suscite déjà des inquiétudes sur le bien fondé de sa creation et surtout de son fonctionnement. 

- Advertisement -Global Media Time Gifpx

Il n’est un secret pour personne que la problématique de la dégradation du réseaux routier national est une véritable épine sous le pied du gouvernement depuis des décennies. C’est pour répondre à cette préoccupation que le Conseil des ministres, tenu le 16 mars dernier, a adopté le projet de loi portant création du Fonds autonome national d’entretien routier (Faner). « Ce texte vise la mise en place d’un mécanisme de financement sûr, fiable et pérenne, garantissant une disponibilité immédiate des ressources et un paiement rapide et régulier des entreprises engagées dans l’entretien routier », indique le communiqué final du Conseil des ministres. 

Établissement public à caractère industriel et commercial doté de l’autonomie administrative et financière, le Faner aura pour mission d’administrer les ressources et exécuter les dépenses relatives à l’entretien du patrimoine routier national. Il faut souligner que celui-ci vient en quelque sorte l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), ancien bras séculier de l’État gabonais en matière de gestion, de construction et d’entretien d’infrastructures, et qui aujourd’hui est dans une situation pour le moins complexe. 

Avec 9200 km de routes tracées sur toute l’étendue du territoire dont 1500 km seulement sont bitumés et plus de 700 km en mauvais état, le Gabon éprouve des difficultés à résoudre cette équation depuis plusieurs décennies. Un déficit en infrastructures qui a une incidence sur l’activité économique

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt