dimanche,25 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: après avoir molesté un agent et pissé sur le drapeau, il...

Gabon: après avoir molesté un agent et pissé sur le drapeau, il est laissé en liberté

Symbole de l’indépendance et de la souveraineté d’un Etat, le drapeau est protégé par la loi pénale contre certains agissements. Pierre Endamane Mba, un trentenaire de nationalité gabonaise l’a appris à ses dépens. Le vendredi 16 août dernier à Cocobeach, dans le département de la Noya, vers 7 heures du matin, le drapeau hissé au milieu de la cour de la Gendarmerie nationale a été déchiré, puis arrosé d’urines par ce compatriote. Maîtrisé par les gendarmes présents sur les lieux, il a été placé en garde à vue, puis présenté devant le procureur de Libreville avant d’être déféré à la prison centrale. 

Nul ne sait exactement ce qui a poussé Pierre Endamane Mba à déchirer puis uriner sur le drapeau national. Quoi qu’il en soit, c’est au sortir d’une soirée de mariage qui s’est déroulée dans la salle polyvalente de la mairie de Cocobeach située à proximité du poste de gendarmerie qu’il a commis cet acte considéré comme une atteinte à l’ordre et à la sécurité publique, à l’autorité de l’Etat et au crédit de la Nation. 

Selon le quotidien L’Union, Pierre Endamane Mba « a descendu le drapeau national hissé sur le mât, puis l’a arraché de sa corde, avant de le déchirer et d’uriner dessus ». Devant ce spectacle désolant, l’un des gendarmes de service ce matin-là aurait tenté de dissuader l’infortuné. Mais c’était sans compter sur sa force et sa détermination de souiller le drapeau gabonais. L’indélicat aurait d’ailleurs roué de coups de poing agent des forces de l’ordre qui n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention de ses collègues qui l’ont maîtrisé, puis placé en garde à vue. 

Poursuivi pour atteinte à la sûreté nationale de l’Etat, rébellion, outrage au drapeau national et à un agent des forces de sécurité dans l’exercice de ses fonctions, et ivresse publique et manifeste, Pierre Endamane Mba a été entendu par le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Libreville, avant d’être placé en détention provisoire à la prison centrale de Gros-Bouquet. 

Ayant comparu le 30 août 2019 devant le Tribunal correctionnel de Libreville pour outrage au drapeau et à un agent des forces de sécurité, le trentenaire après avoir donné sa version des faits, a tenu à présenter ses excuses au militaire ainsi qu’au tribunal. Il sera condamné à 12 mois avec sursis et 8 jours de prison. Le jeune homme a recouvré la liberté dans la mesure où il a épuisé les 8 jours en détention préventive.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt