mercredi,23 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: après 27 mois de détention, Blaise Wada pardonne mais n'oublie...

Gabon: après 27 mois de détention, Blaise Wada pardonne mais n’oublie pas

C’est à la faveur d’une conférence de presse animée ce samedi 27 avril à la Chambre de commerce de Libreville, que l’ancien Coordonnateur de l’Unité de coordination des études et des travaux (Ucet) Blaise Wada a tenu à revenir sur les contours de son incarcération pendant 27 mois à la prison centrale. A cette occasion, celui qui a été acquitté le 12 avril dernier a dit pardonner   à ses détracteurs tout en sollicitant sa réhabilitation.

Inculpé pour détournements de deniers publics dans le cadre de l’opération Mamba, puis incarcéré pendant près de deux ans à la prison centrale de Libreville, Blaise Wada aura sans aucun doute vécu un véritable calvaire entrecoupé de rebondissement lors de son jugement. Lors de cette rencontre avec la presse nationale et internationale, les conseils de l’ancien coordonateur de l’Ucet maitres Martial Dibangoyi Loundou et Jean Paul Moumbembé ont tenu à faire la lumière sur les zones d’ombre entourant la procédure.

Lors de son intervention Maitre Martial Dibangoyi Loundou a fait un rappel des faits avant de dénoncer un vice de procédure qui a coûté cher à son client. « En plus de la peine et de la longueur d’interrogatoire de 3 mois il faut le dire que cette procédure avait été menée avec de l’anticipation et de la précipitation.Pour preuve, le maître de poursuites avait été saisi par dénonciation », a-t-il relevé.

Dans le même ordre d’idées, l’avocat au Barreau du Gabon, a souligné que son client a été jugé sans arrêt ni rapport de la Cour des comptes qui au demeurant est compétente dans le cas d’espèces. En effet, c’est cette juridiction qui est compétente à poursuivre un fonctionnaire qui se serait rendu coupable de détournement.

Pour sa part, Blaise Wada tout en remerciant les personnes qui l’ont soutenu durant cette épreuve, il a tenu à s’adresser implicitement à ses détracteurs. « A cause des rapports de leadership politique, des êtres tapis dans l’ombre ont privé une famille de son chef , une mère de son fils et une contrée de son fils. Après 27 mois de détention, je leur pardonne mais je n’oublie pas », a-t-il martelé.

Il n’a pas manqué de demander dans la foulée sa réhabilitation après 27 mois passés en détention. « Aujourd’hui c’est en homme libre qui a retrouvé ses droits galvaudés, je demande à ce que me soient restitué mes 27 bons de caisse et que ma qualité de fonctionnaire soit rétablie. Pas besoin du poste de directeur c’était une nomination », a-t-il indiqué.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt