Gabon: Appel à agir droit dans ses bottes malgré la menace du ministère de l’Intérieur

Les signataires de l’«Appel à Agir» © GMT

Après la sortie menaçante de ce vendredi 29 mars du ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha à l’encontre de la plateforme citoyenne des dix, ces derniers ont tenu à réagir vigoureusement. Marquant leur étonnement face à la confusion des objectifs de leurs actions par le ministre, ils dénoncent l’amateurisme du gouvernement et appellent leurs compatriotes à garder le cap et à exiger le respect de la Constitution.



La plateforme citoyenne des dix compatriotes ayant lancé l’Appel à agir le 28 février dernier semble troubler le sommeil du gouvernement. En effet, après les sorties de plusieurs personnalités de la majorité au pouvoir, l’action du collectif a poussé le gouvernement à sortir officiellement du bois. C’est Lambert Noël Matha qui s’y est collé avec énergie. « Dans une communication du Ministre de l’Intérieur, rendue publique ce vendredi 29 mars 2019, le gouvernement a cru bon répondre à notre appel par le mensonge et la menace », déclarent les dix dans un communiqué.

Le collectif composé d’hommes politiques de l’opposition et d’acteurs de la société civile rejette en bloc les accusations du ministre de l’Intérieur au sujet d’une supposée campagne de déstabilisation des institutions. Pour démontrer l’absurdité de ces accusations, les dix compatriotes ont rappelé leur volonté de rencontrer toutes les institutions du pays. « Qui pourrait croire que des citoyens qui ont officiellement adressé des demandes d’audience au Premier ministre, au président du Sénat, au président de l’Assemblée nationale et au président de la Cour constitutionnelle agissent en violation de la loi ? », ont-ils demandé.

Ainsi, Placide Aubiang Nzeh, Noël Bertrand Boundzanga, Nicolas Nguema, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Marc Ona Essangui, les honorables Edgard Owono et Maxime Minault Zima Ebeyard que Elza-Ritchuelle Boukandou, Anges Kevin Nzigou et Franck Ndjimbi ont rappelé au gouvernement que leur action est citoyenne et républicaine, et qu’elle exige tout simplement que soit définitivement clos le débat sur la vacance de la Présidence de la République. Le dépôt d’une Requête en référé pour la désignation d’un médecin expert souligne leur détermination à placer les lois la République audessus de tous et chacun.

Au lieu d’entamer leur détermination, la déclaration de Lambert Noël Matha a eu l’effet inverse sur nos dix gardiens de la Constitution. En effet, la communication gouvernementale de par le nonrespect des procédures légales en République gabonaise a redoublé la  volonté de ces

citoyens résolument engagés à exiger le respect de la Constitution. Pour les dix qui prennent à témoin la communauté nationale et internationale, il ne fait plus aucun doute, l’heure est plus que jamais venue pour chaque Gabonais d’exiger la constatation de la vacance du pouvoir.

Laissez votre commentaire