mardi,20 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: Anatole Nnang Mezui placé sous mandat de dépôt après 2 mois...

Gabon: Anatole Nnang Mezui placé sous mandat de dépôt après 2 mois de disparition

C’est la nouvelle qui a été rendue publique par plusieurs de ses proches contactés par Gabon Media Time. En effet, Anatole Nnang Mezui, ancien leader estudiantin porté disparu à Oyem depuis le 16 août  2020 aurait finalement été déféré en compagnie de son ami Chirac Medzo Ebare. Après leur instruction, seul Anatole Nnang Mezui a été placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville sise à Gros-bouquet.

Qu’est-il arrivé à Anatole Nnang Mezui ? C’est la question  qui taraudait les esprits depuis la disparition de ce jeune leader estudiantin très connu à l’Université Omar Bongo. En effet, c’est dans la nuit du 16 Août 2020 alors qu’il venait d’assister au mariage d’une de ses soeurs à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem qu’il aurait été interpellé par des individus non identifiés.  

Depuis cette date, aucune trace du jeune homme n’avait été donnée ni à sa famille encore moins à l’administration pour laquelle il travaillait. Et ce, en dépit des recherches concomitamment menées par la famille et les autorités judiciaires saisies. Présenté comme la seule personne à avoir vu Anatole Nnang Mezui en vie pour la dernière fois, Chirac Medzo Ebare était tout aussi introuvable.

Puis, comme par magie, les deux hommes sont réapparus le vendredi 2 octobre dernier en matinée à l’occasion de leur défèrement devant le parquet de la République près le tribunal de première instance de Libreville. Au terme de leurs instructions, Anatole Nnang Mezui a été placé sous mandat de dépôt pour un motif qui n’a pas encore été révélé. Quant à son acolyte préalablement suspecté, il a tout simplement été relaxé. 

À l’heure où nous couchons ces lignes les interrogations continuent de tarauder les esprits de bon nombre de ses proches. Au nombre de celles-ci, la durée de la garde à vue des deux hommes. Si on se fie à la date de leur disparition, les deux jeunes leaders estudiantins auraient donc passé plus de 40 jours et 40 nuits dans les locaux des forces de l’ordre. 

Pour rappel, l’article 56 alinéa 2 du Code de procédure pénale (CPP) gabonais dispose que « la durée de la garde à vue ne peut excéder quarante-huit heures. Elle peut être prolongée d’un nouveau délai non renouvelable de quarante-huit heures par autorisation écrite du Procureur de la République ». Pour ce qui est des crimes, le même Code précise en son article 66 que la durée de la garde à vue ne peut excéder 10 jours. Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt