Gabon: «Alihanga, Calif à la place du Calif», selon Jean Ping

Jean Ping Gabon Gabonmediatime
Jean Ping, leader de la Coalition pour la nouvelle République © D.R.

Le discours à la Nation prononcé par l’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août 2016 Jean Ping a été l’occasion de donner son sentiment sur la gestion actuelle du pays. A cet effet, il n’a pas manqué de tancer vertement le directeur de cabinet du président de la République Brice Laccruche Alihanga, qui selon lui tend à s’arroger tous les pouvoirs au sommet de l’Etat. 


Longuement resté en retrait sur le débat portant sur le rôle pour le moins curieux du directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine a, lors de son allocution, fait un coup de gueule sur ce sujet. Ainsi, pour le leader de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) Brice Laccruche Alihanga ambitionnerait de « devenir calife à la place du calife »

Il en tient pour preuve les agissements de ce dernier au sommet de l’Etat qui selon lui frisent « l’excès et la mégalomanie ». « Rien n’est épargné à son passage. Il tente chaque jour de toujours contrôler et de maîtriser les centres stratégiques de l’Etat. Les finances publiques et le Trésor de l’Etat sont à sa main. Les principales institutions de la Républiques sont désormais régentées par lui », a-t-il martelé. 

Jean Ping n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que le pouvoir du directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba est devenu si grand qu’il est désormais le faiseur de rois non seulement à l’Assemblée Nationale mais aussi qu’il n’hésite plus à s’arroger la prérogative de nommer et de démettre les ministres. 

Laissez votre commentaire