Gabon: Ali Bongo se débarrasse de ses soutiens «poids plumes» de l’opposition

Gabon Gabonmediatime Gabon
Des membres du gouvernement débarqués de leurs fonctions © D.R.

L’annonce du gouvernement Nkoghe Bekale II n’a pas pu laisser insensibles les observateurs de la vie politique gabonaise qui on pu constater l’éviction de certains acteurs politiques de l’opposition qui avaient fait le choix de s’allier au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Le départ de certaines de ces personnalités politiques donne l’impression que ces dernières ne constituaient pas un véritable poids sur l’échiquier national.



DEstelle Ondo à Jonathan Ndoutoum Ngome, en passant par Patricia Taye Zodi ou encore David Mbadinga, Ali Bongo Ondimba a-t-il fait le choix de se débarrasser d’acteurs politiques de petite envergure? C’est la question qui taraude les esprits depuis l’annonce du gouvernement par le secrétaire général du gouvernement Jean Yves Teale.

Il serait d’ailleurs aisé de répondre par l’affirmative au vue du poids mineur de ces personnalités non seulement sur le plan politique mais aussi sur les résultats obtenus à la tête des ministères dont ils avaient la charge. Sur le plan politique plusieurs d’entre elles ont lamentablement échoué lors des élections législatives et locales d’octobre 2018.

C’est le cas de Patricia Tayé Zodi, candidate du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR), qui s’était fait éliminer dès le premier tour des élections législatives. Même situation pour Jonathan Ndoutoume Ngome qui s’est fait humilier aux législatives dans le département de l’Okano à Mitzic. L’élue du 2e arrondissement de la commune d’Oyem Estelle Ondo aura été la seule à réussir le coup de force sur le plan politique, mais sans envergure nationale, cette ancienne membre de l’Union nationale ne constituait plus un atout pour Ali Bongo. Même cas pour David Mbadinga qui lui avait fait le choix de rester en retrait lors des élections. Bien mal lui en a pris!

Mais ce qui aurait contraint le chef de l’Etat à se débarrasser de ces « poids plumes » est semble t-il leur passage presque fantomatique à la tête de certains ministères, si ce n’est pour certains être cités dans une affaire de corruption et de pots de vin. C’est le cas d’Estelle Ondo ou plus récemment de David Mbadinga dont certains collaborateurs ont été interpellés pour des cas de falsification et de corruption.

Laissez votre commentaire