Gabon: Ali Bongo réduit de 40% l’effectif de son cabinet

Ali Bongo Ondimba © D.R

Aux termes du communiqué final sanctionnant les travaux du Conseil des ministres qui s’est tenu à la salle habituelle du Palais du bord de mer, ce vendredi 29 juin 2018, il a été décidé de remettre à la disposition de leurs administrations d’origines, 40% des personnels nommés à la Présidence de la République. La première institution du pays se pose ainsi en modèle dans l’application des mesures utiles à la réduction du train de vie de l’Etat.

Avec un effectif de l’ordre de 1 543 agents selon la loi de finances rectificative adoptée par les sénateurs le jeudi 28 juin dernier, pour une masse salariale de l’ordre de 12 152 067 341 Fcfa, 486 parmi eux étaient nommés par décret présidentielle pris en Conseil des ministres et directement ratachés au Cabinet du président de la République. En réduisant de 40% leur nombre, Ali Bongo Ondimba s’est débarrassé 239 agents en les remettant à la disposition de leurs administrations d’origine.

Le cabinet du président de la République ne compte plus qu’un 1 haut représentant au lieu de 2, 1 directeur de cabinet adjoint au lieu de 2, 6 conseillers politiques au lieu de 13, 24 conseillers spéciaux au lieu de 44, 49 Conseiller du président au lieu de 83, 67 attachés de cabinet au lieu 94, 57 chargés de mission eu lieu de 96 et aucun chargé de mission politique au lieu de 100.

En entérinant les mesures individuelles des 247 agents rattachés à la présidence de la République, le Conseil des Ministres a précisé que les conseillers politiques, conseillers spéciaux chargés de Missions du Président de la République, conseillers spéciaux du Président de la République, conseillers du Président de la République, attachés de cabinet à la Présidence de la République, secrétaires de cabinet, chargés de missions du Président de la République, non concernés par lesdites mesures individuelles, sont remis à la disposition de leurs administrations d’origine.

Ceux parmi eux qui ne disposent pas d’administration d’origine, se retrouveront sans emplois après avoir pour certains passé plusieurs années en service à la présidence de la République. En commençant par l’institution dont il à la charge, Ali Bongo Ondimba a sans aucun doute voulu montrer l’exemple de l’application des mesures indispensables qui permettront non seulement l’équilibre et l’assainissement des finances publiques de notre pays, mais  également, la redynamisation de notre économie, la réduction de la masse salariale, de même que la modernisation de l’Etat.

Mis à jour samedi 30 juin à 22 heures 31 minutes. 

Laissez votre commentaire