jeudi,29 juillet 2021
AccueilA La UneGabon: Alain Claude Bilie-By-Nze écarte l’idée d’une privatisation ou d’une nationalisation de...

Gabon: Alain Claude Bilie-By-Nze écarte l’idée d’une privatisation ou d’une nationalisation de la SEEG

Ecouter cet article

C’est au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le mercredi 30 décembre 2020 que le ministre d’Etat à l’Energie et aux Ressources hydrauliques Alain-Claude Bilie-By-Nze a tenu à édifier l’opinion sur la question de la gestion de la Société d’energie et d’eau du Gabon (SEEG). A cet effet, il a indiqué qu’ il était hors de question de la  remettre sous concession, ni de la privatiser.  

Interrogé sur le devenir de cette entreprise, le membre du gouvernement a dit avoir « tiré toutes les leçons de 20 ans de concession de la SEEG à la française Véolia » qui selon lui est la principale cause du retard accumulé dans les dessertes d’eau et d’électricité. Le membre du gouvernement a présenté les grands axes de la réforme du secteur de l’eau et de l’électricité contenus dans les codes éponymes qui devront désormais, après adoption, régir la production, le transport et la commercialisation de l’eau et de l’énergie électrique au Gabon. Un retard dû essentiellement à un manque d’investissement de l’opérateur Veolia pendant les 20 années qu’a duré la concession. 

Alain Claude Bilie-By-Nze a d’ailleurs relevé que la réquisition de cette société a permis de constater « de nombreuses obsolescences et avaries » dans l’outil de production et de distribution. De ce fait, il a indiqué qu’il n’était pas question pour le gouvernement de nationaliser la SEEG. « L’Etat gabonais ne va pas nationaliser la SEEG, ne va pas en faire une entreprise d’Etat » a-t-il martelé. 

L’Etat étant actuellement majoritaire dans le capital de l’entreprise, le ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques a indiqué que les pouvoirs publics, la SEEG et la société de patrimoine comptent apporter « l’investissement nécessaire pour répondre à cette demande en évolution constante ». Le Code de l’eau et celui de l’électricité devront par ailleurs, ouvrir le secteur à la concurrence. Il est donc question de mettre fin au monopole de la SEEG dans un secteur qui sera dorénavant segmenté.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme