Gabon: Air France au secours de l’environnement à l’arboretum Raponda Walker

Photo de famille des participants à la Journée citoyenne © D.R

Les responsables d’Air France Gabon ont organisé le samedi 2 février dernier, une Journée citoyenne au Cap Santa Clara dans le 1er arrondissement de la commune d’Akanda avec le concours de l’ensemble de son personnel et de ses collaborateurs. Cet événement s’inscrivant dans sa mission sociale et environnementale a consisté à découvrir l’Arboretum de Raponda Walker, nettoyer la plage, et recycler les plastiques recueillis avec l’expertise du professeur Lee White de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).  

GABON LIBREVILLE

C’est en compagnie de ses partenaires et collaborateurs que le groupe Air France Gabon a voulu montrer son attachement au principe universel de la protection de l’environnement.   « Nous donnons un sens très fort à cette journée car Air France Gabon a voulu montrer l’exemple dans le combat pour la nature. Plus de 35 employés de nos employés au Gabon ont répondu présent. Elle s’est déclinée en 3 étapes entre la découverte de la forêt gabonaise qui est quand même le bijou du Gabon ainsi que les étapes de nettoyage et recyclage. On a ramassé plus de 5 m3 de déchets sur une plage de 300 mètres. C’est pas négligeable. Cet événement s’inscrira dans la durée », a confié Frédéric Descours actuel directeur régional Afrique Centrale d’Air France.

Conscient des impacts sociaux environnementaux, le Professeur Lee White a exprimé sa satisfaction tout en sensibilisant les populations sur les dangers de la dégradation de l’environnement. « c’est important d’initier des visites de ce genre car on est tous acteurs de la vie au Gabon. Ils découvriront des pratiques usuelles pour réduire la dégradation de la planète. On sait tous que la planète souffre du réchauffement climatique mais il y a la pollution par les déchets qu’on jette partout. Ces déchets tuent les poissons, font disparaître les espèces aquatiques comme les baleines, tortues, dauphins et rendent plus acides les mers. On doit laisser une planète saine à nos enfants. » a-t-il précisé.

La randonnée s’est achevée par la fabrication de briques faites à partir du sable et de la patte de bouteilles plastiques recueillies aux abords de la plage. C’était une innovation sur Libreville car cette technique n’était utilisée qu’au parc National de Loango.  Rappelons à toutes fins utiles que le 2 février n’est pas une date anodine, car elle correspond à la journée mondiale des espaces humides. Le Gabon a classé à ce jour sur la liste des Ramsar près de 2,8 millions d’hectares notamment des sites de Pongara, Akanda, Wongua-Wongué, Sette–Cama, Loango, Birougou, Ivindo, Bas-Ogooué et Chutes de Mbougou Badouma-Doumé.

Laissez votre commentaire