mercredi,22 septembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: accusé de vol, un adolescent trouve la mort entre les mains...

Gabon: accusé de vol, un adolescent trouve la mort entre les mains des gendarmes à Mekambo

Ecouter cet article

Il s’agit d’un adolescent d’à peine 14 ans répondant au nom d’Ismaël Nze. Selon l’Agence gabonaise de presse (AGP), le jeune compatriote aurait été interpellé par les agents de la brigade de la gendarmerie à la suite d’une enquête diligentée pour une affaire de vol dans un magasin à Mekambo. Malheureusement, ce dernier trouvera la mort à l’hôpital de la gendarmerie.

Les populations de Mekambo, dans le département de la Zadie sont encore sous le choc. Et pour cause, ce gamin d’à peine 14 ans a mystérieusement trouvé la mort alors qu’il était entre les mains des limiers de la brigade de gendarmerie nationale de la localité. Interpellé en même temps qu’une douzaine de ses présumés complices dans le vol en bande organisée dans un magasin dans leur quartier, le jeune Ismaël Nze aurait souffert pendant longtemps avant de tirer sa révérence.

Pour le procureur de la République près le tribunal de première instance de Makokou, Euphrasie Ayemingui, a d’ores et déjà, indiqué que Ismaël Nze est mort des suites d’une maladie.« Ils étaient nombreux et celui qui est décédé était malade depuis Mekambo. Il présentait des signes de fatigue, d’hémiplégie et a rendu l’âme à l’hôpital », a-t-elle précisé.

Pour sa part, le commandant de brigade de Mekambo, José Nicaise Benga Makwagna, a précisé que contrairement aux versions des faits répandues, Ismaël Nze a rendu l’âme devant ses propres parents au centre hospitalier régional Omar Bongo Ondimba de Makokou (CHROBOM). Il va sans dire que pour les autorités judiciaires de la province, il n’y aurait eu aucune torture physique sur le defunt. 

Une tentative de dédouanement qui peine à être acceptée par les habitants qui restent persuadés que les prévenus ont tous été torturés et que ce serait durant l’une des tortures que l’adolescent de 14 ans aurait perdu la vie. Depuis le mercredi 2 décembre dernier, les tensions restent vives à Mekambo. Quant à ses présumés complices, une source judiciaire révèle que seuls 3 mineurs ont été remis en liberté provisoire compte tenu de leur minorité pénale tandis que le reste de la bande a été placée en détention préventive à la prison centrale de Makokou.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop