Gabon: 9 faux médecins déférés à la prison centrale de Libreville

9 faux médecins écroués à Gros Bouquet © D.R

La ministre d’Etat en charge de la Santé Denise Mekam’ne Edzidzie épouse Taty a déclenché depuis quelques mois, une opération de contrôle de conformité des structures sanitaires privées conjointement avec le Parquet de la République de Libreville. C’est dans ce cadre que 9 individus ont été interpellés puis placés en détention préventive à la prison centrale de Gros Bouquet pour pratique illégale de la médecine.



Libreville en plus d’être en proie à une montée d’insécurité due à la recrudescence des stupéfiants et des débits de boissons, fait aujourd’hui face à une nouvelle forme de délinquance. Il s’agit de l’usage illégal de titres et des pratiques dans le domaine de la médecine. Ainsi, il n’était plus rare de voir s’ouvrir à tout bout de champ des structures sanitaires avec des personnels sans qualification ou accréditation. C’est pour enrayer ces violations que s’inscrit l’initiative du ministère de la Santé et du Parquet de la République de Libreville.

Cette opération de contrôle de conformité vise à s’assurer du bon fonctionnement des structures sanitaires et de leur légalité. Ainsi, plusieurs structures se sont faites épingler avec comme conséquence immédiate l’obligation de fermer. Pour d’autres, il a fallu engager des poursuites judiciaires  tant les responsables étaient des récidivistes. Des faux infirmiers qui n’hésitaient pas à monnayer leurs services à des patients désireux de recevoir des soins moins coûteux.

Ces pseudos professionnels de la médecine qui ne disposent d’aucun diplôme excellaient dans plusieurs structures de la capitale. Le plus inquiétant réside dans le fait que les mis en cause sont des ressortissants gabonais. Présentés devant le procureur de la République près le Tribunal judiciaire de première instance, ils ont été placés en détention préventive aux motifs de pratique illégale de la médecin et usurpation de titres.

Laissez votre commentaire