Gabon: 87 agents abusivement licenciés de l’hôpital d’instructions des armées d’Akanda

Hôpital d'instructions des armées d'Akanda © D.R

La directrice générale du nouvel hôpital des instructions des armées d’Akanda, situé au nord de Libreville, vient de licencier 87 agents de la main d’œuvre non permanente, pourtant assurés par l’ancienne directrice général Alice Bertille Bikissa Nembe, de pouvoir conserver leurs postes dans cette structure sanitaire.

La nouvelle du licenciement de près de 87 agents de la main d’œuvre non permanente de l’ancien Centre hospitalier universitaire d’Akanda, devenu depuis quelques temps, l’Hôpital d’instruction des armées d’Akanda, est tombée le 14 mai 2018 dernier en matinée comme un glaive sur ce personnel de santé.

«C’est en nous rendant à notre lieu de travail ce matin, pour toucher nos différentes primes du mois de Mars et d’Avril, que nous avons été informés par le secrétaire général du ministère de la santé, Léonard Assongo, que nous sommes licenciés, et qu’un plan social a été  mis en place pour payer nos droits» a expliqué M Moudjegou à nos confrère de l’AGP.

Un licenciement qui semble en effet ne pas respecter la procédure institué par le Code du travail, surtout lorsque, selon l’ancienne directrice générale du CHU d’Akanda, Alice Bertille Bikissa Nembe, la directrice générale actuelle de l’hôpital d’instruction des armées, l’aurait rassuré quant au fait que ces agents allaient être effectivement maintenues dans cette structure.

Avec cette mesure des plus extrême et sans préavis, aujourd’hui quoi que l’on dise, se sont près de 87 agents de la main d’œuvre non permanente du secteur de la santé qui se retrouvent dorénavant sans travail et donc sans salaire pour le moment. Mais selon des informations reçus du ministère de la Santé, ces derniers seront s’ils en font la demande redirigés, vers d’autres structures sanitaires ou le besoin se fait sentir.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire