mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : 6 milliards de Fcfa disparaissent de l’Oprag

Gabon : 6 milliards de Fcfa disparaissent de l’Oprag

Depuis l’annonce des détournements massifs à la société nationale des hydrocarbures Gabon oil company (GOC) sous la direction de Patrichi Tanasa, des langues se délient en apportant de nombreuses précisions sur ce qui s’apparente à un montage financier complexe et frauduleux. Dans cette chaîne, outre la Sogara et ses 6 milliards de FCFA détournés selon Jeune Afrique, l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) apparaîtrait également comme un maillon fort avec 6 milliards de FCFA détournés, rapporte le même journal

Les nombreuses révélations de malversations qui émaillent le paysage économico-financier gabonais depuis près de deux semaines, et qui ont déjà abouti à la détention préventive de 11 hauts responsables de l’administration publique, et même des plus proches collaborateurs du président de la République dont Ike Ngouoni Aila Oyouomi et Christian Patrichi Tanasa Mbadinga, ainsi que Brice Laccruche Alihanga, n’ont pas fini de faire couler encre et salive. 

En effet, selon les dernières révélations de l’hebdomadaire Jeune Afrique, outre les 85 milliards de FCFA détournés à la GOC, et les 6 milliards de FCFA qui seraient détournés à la Société gabonaise de raffinage (Sogara), la rondelette somme de 6 milliards de FCFA aurait également été siphonnée à l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag). Cet établissement public, bras séculier de l’Etat en matière de gestion portuaire, est sous la direction de Landry Régis Laccruche Lelabou. 

Selon une source proche de la direction générale de l’Oprag « l’information diffusée par Jeune Afrique est un tract. De la délation, de la propagation de fausse nouvelle. L’objectif visée est de faire en sorte que tous ceux qui sont proches de l’ancien directeur de cabinet du président tombent comme lui. Et M. Lelabou est certainement le dernier qui n’est pas inquiété par cette opération ». 

Pour preuve, l’Oprag qui a été gérée ces dernières années successivement par Rigobert Ikambouayat Ndeka de 2009 à 2016, de Saïd Abeloko de 2016 à 2018 et depuis près d’un an par Landry Régys Laccruche Lelabou a été récemment audité par la Cour des comptes. Le juge de  la sincérité des comptes de l’Etat aurait selon la même source « précisé que les comptes de l’établissement public ne soufraient d’aucune anomalie ». 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion