mercredi,25 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: 5 mois après sa nomination, le personnel de cabinet d’Ossouka Raponda...

Gabon: 5 mois après sa nomination, le personnel de cabinet d’Ossouka Raponda clochardisé

Près de 5 mois après sa nomination en tant que Premier ministre du Gabon, les optimistes de ce changement majeur dans notre pays ont déchanté. Entre inaptitude, léthargie et maladresse, le numéro un de l’exécutif a étalé aux yeux de tous son incompétence. Une incompétence qu’elle traîne même dans les aspects formels de sa fonction. Incapable de nommer son cabinet depuis sa prise de fonction, la « reine des Mpongwé » dont les salaires des personnels de cabinet sont coupés depuis 4 mois livre sans état d’ame, par son mutisme, plusieurs familles à l’extreme précarité, en ces temps périlleux de riposte contre la Covid-19 et de rentrée scolaire. 

La nomination pour la première fois de l’histoire du Gabon d’une femme à la Primature avait suscité bon nombre de réactions essentiellement positives pour la plupart. Positives surtout au regard de la rigueur et la minutie dans le travail prétendument reconnues à Rose Christiane Ossouka Raponda. Visiblement ces valeurs supposées n’étaient en réalité que des promesses de Gascon. De l’enfumage

Après avoir violé la constitution en allant audelà des délais recommandés par la loi fondamentale pour la présentation à la Haute chambre du Parlement de son discours de politique générale, en servant à son auditoire une offre politique réchauffée de celle de son prédécesseur, après avoir entravé la liberté de la presse, la liberté d’expression, Ossouka Raponda a décidé, l’insouciance et la malfaisance en bandoulière, de livrer à la précarité plusieurs agents de la Primature. 

Les raisons ? Le manque de rigueur et la méconnaissance du fonctionnement de l’administration. Un euphémisme pour celle qui de par ses fonctions est le chef de l’administration gabonaise et par ricochet le premier fonctionnaire. Ossouka Raponda ignore-t-elle que la mise en place du cabinet du chef du gouvernement se fait immédiatement après la nomination du nouveau Premier ministre ? 

Rose Christiane Ossouka Raponda a été nommée le 16 juillet  2020. Près de 5 mois après, son cabinet n’est toujours pas constitué ni de cabinet, pas même de secrétariat officiel. Il convient de préciser que les cabinets des membres du gouvernement sont constitués à la fois des fonctionnaires et aussi des non fonctionnaires bénéficiant d’une solde forfaitaire.  

La solde forfaitaire desdits personnels est contenue dans  le décret 012/PR/MBCPFPRE complétant le décret 1500 /PR /MFPRA /MEFEBP du 11 décembre 1995, définissant « les modalités de prise en charge par le Budget de l’Etat des traitements alloués pour l’exercice d’une fonction gouvernementale, d’un mandat parlementaire, de tout autre fonction ou mandat d’une institution constitutionnelle ». 

La connaissance de l’administration par Ossouka Raponda lui aurait permis de comprendre que le Premier ministre sortant Julien Nkoghe Bekale avait un cabinet dont la composition obéissait aux modalités du décret susmentionné. Une composition faite autant des fonctionnaires que des non fonctionnaires. A son arrivée à la Primature la cheffe du gouvernement aurait dû soit, prendre un décret portant nomination de son cabinet, ou garder, le temps de la mise en place de son cabinet, les agents laissés par son prédécesseur dans le  souci républicain d’assurer l’expédition des affaires courantes aux fins de respecter le principe de la continuité du service public. 

Seulement alors que son cabinet n’est toujours pas constitué, « la reine des Mpongwè » a décidé de façon discrétionnaire de suspendre les salaires de personnels de cabinet de la Primature. Nous parlons bien de la Primature, l’institution qui doit impulser l’effectivité des missions du gouvernement de relance économique pour lesquelles Rose Christiane ossouka Raponda a, dit-on, été choisie, qui manifestement ne fonctionne pas de façon optimale. 

« Les employés qui y sont par décret, les non fonctionnaires n’ont plus de salaire depuis août et en octobre, elle a prorogé certains fonctionnaires. Comment peut-on procéder de cette façon pour gérer un pays? Le directeur de cabinet par intérim a été nommé à la présidence, il ne  reste que l’adjoint. Comment travailler dans ce genre de conditions et avoir un rendement optimal ? » dénonce un des agents de la Primature privé de salaire depuis près de 5 mois. 

Sans coeur, la locataire de la Primature fait payer sa nonchalance et son insouciance à des pères et mères de famille qui déjà confrontés au contexte de crise sanitaire liée la Covid-19 en les clochardisant et les précarisant alors que la rentrée scolaire désormais effective nécessite des moyens importants. Ce doigt d’honneur de Rose Christiane Ossouka Raponda est indigne d’un Premier ministre, cheffe du gouvernement. Si cette dame n’a ni la carrure, ni charisme, encore moins l’humanisme et la compétence pour diriger le gouvernement, pourquoi a-t-elle été choisie ? 

Finalement on serait presque tenté de donner raison au président du parti politique Les Démocrates qui avait déclaré que « Rose Christiane Ossouka Raponda n’est qu’un gadget politique », propulsé à la Primature pour la forme et pour donner vie à « la fameuse décennie de la femme  ». Après avoir été la première à servir de « gadget politique » Ossouka Raponda sera la première dans l’histoire du Gabon à faire 5 mois sans nommer son cabinet.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion