mardi,19 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: 5 177 emplois créés en 2018, la poudre de perlimpinpin d’Ali...

Gabon: 5 177 emplois créés en 2018, la poudre de perlimpinpin d’Ali Bongo

Ecouter cet article


Lors de son traditionnel discours à la nation ce 16 Août 2018, le président de la république a souligné qu’au cours du premier trimestre de cette année, plus de 5177 emplois ont été créés. Ainsi, en se basant sur les déclarations des entreprises à la Caisse nationale de sécurité sociale, Ali Bongo a indiqué que l’objectif de création de 10000 emplois par an est « à portée de main ».

C’est l’une des principales informations à retenir du discours du chef de l’Etat prononcé ce 16 Août à l’occasion de la fête nationale. En indiquant qu’au premier trimestre de l’année en cours près de 5200 emplois ont été créés, Ali Bongo qui avait annoncé 8 mois plus tôt son intention de créer pas moins de 10000 emplois par an, a donc vu un de ses objectifs se rapprocher.

En effet, si l’information a de quoi surprendre plus d’un, tant le climat actuel laisse plutôt penser à une augmentation du taux de chômage au regard des nombreuses entreprises qui quittent le pays, et du climat délétère dans le secteur privé, elle serait basée sur «les déclarations des entreprises à la CNSS». Cette autosatisfaction affichée  par le chef de l’Etat serait d’ailleurs le fait d’un recrutement massif effectué entre 2010 et 2017 par le groupe singapourien Olam qui compte plus de 16 000 employés au niveau national.

Bien que la majorité de ces emplois soient non qualifiés, Ali Bongo a marqué son satisfecit notamment dans la filière de l’industrie du bois qui selon lui  «créé en moyenne 1000 emplois par an».  Soulignant que si ce rythme de création d’emplois se poursuivait, le double objectif de diversifier l’économie et faire du secteur privé le premier employeur du pays serait atteint.

Toutefois, cette satisfaction est noircie par le sinistre observé dans certains secteurs où le licenciement et la fermeture d’entreprise sont devenus légion. GSS Gabon, Sodexo, Ceddex, plusieurs entreprises ont depuis lors mis la clé sous le paillasson quand d’autres ont mis en place des mesures de restructuration. La capitale économique Port-Gentil est d’ailleurs l’exemple typique de cette situation chaotique que traverse le pays. En 2 ans elle a perdu plus de  4 000 emplois, et c’est loin d’être fini, avec les rumeurs d’un départ de l’entreprise Total.

Autant d’éléments qui permettent de penser que l’autosatisfaction affichée par l’exécutif n’est autre que de la poudre de perlimpinpin vendue une fois de plus aux Gabonais. A l’heure où la situation de l’emploi semble de plus en plus précaire, l’opinion attend du gouvernement des mesures plus rationnelles,  loin des strass et des paillettes des forums et autres séminaires où le discours a pris le dessus sur l’action véritable.   

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop