Gabon: 453 millions de Fcfa par salle de classe, le financement de l’AFD qui fait jazzer

Le batiment à nouveau reneauvé de l'école publique ENS B © GMT

A la suite d’une convention signée en 2016 entre le gouvernement et l’Agence française de développement (AFD), l’institution financière a octroyé au Gabon 101 milliards de francs CFA afin de lancer, dès le mois de juillet 2019, le Programme d’investissement dans le secteur de l’éducation (PISE). Le montant de ce prêt laisse perplexe, dans la mesure où le programme ne prévoit la construction que de 223 salles de classe, ce qui coûterait la somme faramineuse de 452,9 millions de Fcfa pour une seule salle de classe.

Au cours de la rencontre tripartite qui a réuni jeudi 13 décembre le comité de pilotage du PISE et les représentants de l’AFD autour du ministre de l’Éducation nationale  Francis Nkea Ndzigue, ce dernier a annoncé que le programme devrait permettre la construction de 223 salles de classe sur 15 sites de Libreville et Port-Gentil, à partir de juillet 2019.

Une annonce qui n’a pas manqué de susciter des questionnements au sein de l’opinion, qui légitimement se demande à quoi serviront les 101 milliards de Fcfa prêtés par l’AFD, car l’on imagine difficilement qu’une seule salle de classe puisse coûter près de 453 millions de Fcfa. Une enveloppe supplémentaire qui devrait s’ajouter au montant déjà décaissé pour les mêmes projets, mais qui jusqu’à présent n’ont donné aucun résultat sur le terrain.

«  En 2019, le Gabon aura le record de la salle de classe la plus chère du monde. Grâce à son gouvernement, ce pays « émergent » d’Afrique va se doter de 223 salles de classe pour un coût global de 101 milliards FCFA soit 453 millions FCFA l’équivalent de 690 000 € la classe », s’est insurgé l’économiste Mays Mouissi sur son fil Twitter le 14 décembre dernier, quand un autre internaute précisait: « les gilets jaunes seraient ravis d’apprendre que l’AFD finance ce genre d’aberrations avec leurs impôts ».  

Il faut rappeler que selon le rapport sur l’exécution de la loi de finances de l’année, pour le 3ème trimestre 2018, c’est près de 12,7 milliards de Fcfa qui auraient été alloués au  titre V dit de dépense d’investissement volet  réhabilitation et construction des établissements scolaires. Au final, c’est deux établissements qui ont été sortis de terre (Owendo et Bikélé, NDLR) et la réfection de quelques établissements qui aurait englouti ce « maigre » montant.

Pour ce nouvel accord de prêt de l’AFD, l’opinion semble ne pas se faire de fausses idées quant au résultat sur le terrain. « Chaque année, des milliards sont décaissés dans le budget de l’Etat pour des projets d’investissements dans le secteur de l’éducation, mais au final, nos établissements scolaires sont toujours des porcheries à ciel ouvert », s’est insurgé un enseignant.  

Laissez votre commentaire