dimanche,29 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: 440 milliards de FCFA de fausses dettes découverts et des menaces...

Gabon: 440 milliards de FCFA de fausses dettes découverts et des menaces de poursuites judiciaires

Institué par l’arrêté N°006/PR en date du 20 juin 2020, la task force présidentielle sur la dette intérieure à travers ses investigations, révèle aujourd’hui un nouveau scandale financier de grande ampleur. Avec déjà 440 milliards de FCFA de fausses dettes découverts sur 650 milliards de FCFA audités, cette Task force sous la coupole de la présidence de la République, jette un nouveau pavé dans une marre de détournements à grande échelle avec la possibilité du déclenchement de procédure judiciaire contre les mis en cause.

70 milliards de FCFA. C’est le montant découvert récemment par les auditeurs de la task force présidentielle sur la dette intérieure au terme d’une nouvelle série d’investigations. Greffés aux 370 milliards de FCFA déjà découverts en moins de 6 mois, ces 70 milliards de FCFA soulignent un peu plus l’inefficacité d’un système de gouvernance qui manque à la fois de transparence et d’efficience. 

En effet, si l’exécutif se réjouit de ce que « la task force qui adopte une méthode totalement différente contrairement à un contrôle administratif classique, soit parvenue à mettre à jour un montant considérable de fausses dettes » comme l’a indiqué Jessy Ella Ekogha, porte parole de la Présidence, celui-ci semble enclin à noyer le poisson, puisque n’évaluant ni le processus, ni la régularité de la procédure d’attribution des marchés publics.

Or, au regard du volume considérable de fausses dettes découvertes qui se chiffrent aujourd’hui à 440 milliards de FCFA, il apparaît clairement que c’est l’ensemble du système de passation des marchés publics, qui devrait être remis en cause comme le suggéraient déjà les administrateurs du Fonds monétaire international (FMI). 

Si on peut donc se réjouir de la mise en exergue de ces fausses dettes, par une task force présidentielle sur la dette intérieure instituée par l’arrêté N°006/PR en date du 20 juin 2020, et les menaces de poursuites judiciaires contre les opérateurs économiques, on peut donc également déplorer « la faible efficacité des investissements publics et l’inefficacité du processus de gestion des investissements publics » comme l’indiquait en juin dernier le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion