samedi,31 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : 4 leaders syndicaux interdits de sortie du territoire après avoir...

Gabon : 4 leaders syndicaux interdits de sortie du territoire après avoir traîné en justice Nourredin Bongo

Alors qu’ils avaient bousculé la présidence de la République le lundi 13 janvier 2020 dernier en portant plainte au Coordinateur des affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin devant la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI), Ghislain Malanda, Marcel Libama, Georges Mpaga et Jean Rémy Yama viennent de se voir interdits de sortie du territoire. Le courrier parvenu à la rédaction de Gabon Media Time atteste que celui-ci a été envoyé par le Procureur de la République au directeur général de la Police de l’Air et des Frontières (PAF). 

C’est par le biais d’un courrier envoyé le 15 janvier 2020 au directeur général de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) par le Procureur de la République André Patrick Roponat que 4 présidents d’organisations de la société civile ont pris connaissance de la décision d’interdiction de sortie du territoire national rendue en leur encontre. Ainsi Ghislain Malanda, Marcel Libama, Georges Mpaga et Jean Rémy Yama ne pourront pas jouir de leur liberté de se mouvoir hors du Gabon pour un bon moment.

Une restriction qui a déjà commencé à alimenter les discussions sur la toile où les acteurs de la société civile ont vivement réagi. En effet, Geoffroy Foumboula Libeka président de l’ONG Educaf n’a pas manqué d’exprimer son indignation : « Comment comprendre que des plaignants sans faute soient interdits de sortie du territoire alors qu’aucune enquête n’est ouverte et qu’ils ne font l’objet d’aucune poursuite. C’est étrange tout ça ! », a-t-il indiqué. Un réaction qui pourrait se justifier au vu de l’imprécision de ladite note. 

Si le courrier ne donne pas clairement les raisons de cette mesure, plusieurs interprétations sont d’ores et déjà faites. En effet, l’opinion publique y voit une chasse aux sorcières envers ses leaders syndicaux qui, au nom de l’intérêt général, avaient déposé plainte le lundi 13 janvier 2020 contre Noureddin Bongo Valentin actuel Coordonnateur des affaires présidentielles devant la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI).

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion