Gabon : 3,4 % de croissance attendue selon la BAD et le FMI

Vue de Libreville, capitale du Gabon © D.R

Après deux ans de ralentissement de sa croissance, l’économie gabonaise devrait connaître un net regain en 2019 comme l’ont annoncé la BAD et le FMI. Ainsi, dans son rapport sur les Perspectives économiques en Afrique 2019,  l’institution Africaine s’est montrée très enthousiaste au sujet du Gabon en annonçant notamment une croissance de 3,4% en 2019, tout comme le FMI.



Intitulé « L’intégration régionale pour la prospérité économique de l’Afrique », le dernier rapport de la Banque africaine de développement (BAD), a mis en évidence différents aspects de l’économie gabonaise. Si l’institution souligne le caractère défavorable dans lequel était plongé l’économie gabonaise, elle s’est néanmoins montrée enthousiaste.

En effet, pour la BAD, l’impulsion du secteur non pétrolier (agriculture, mines et industrie) couplée à la diversification progressive de la base productive de l’économie, devrait permettre à notre pays d’atteindre 3,4% de croissance sur les deux prochaines années. Cette croissance, devrait en plus être soutenue par une hausse des exportations (+6,3%) et des investissements (+3%).

Si les autorités ont pu réduire le déficit budgétaire, le faisant passer de 6,6% du PIB en 2016 à 0,3% en 2018, la baisse de la production pétrolière pourrait néanmoins avoir un impact négatif sur la croissance. Encore dépendant des exportations pétrolières, le Gabon pourrait subir le contre coût de « la baisse de la production pétrolière, si de nouveaux champs n’entrent pas en production ».

Par ailleurs, les autorités devront impérativement régler la question du niveau des réserves de changes, mais aussi accélérer le processus de diversification économique engagé depuis quelques années. Selon les experts de la BAD, « le Gabon doit poursuivre la consolidation budgétaire, sécuriser les dépenses prioritaires et poursuivre les réformes visant à améliorer le climat des affaires et la gouvernance ».

Pour la BAD, la maîtrise de tous ces aspects devrait permettre « de stimuler la croissance et la diversification de l’économie en partenariat avec le secteur privé ». A noter que ces recommandations de la BAD, convergent dans le même sens que celles du FMI dans son rapport sur « Les perspectives économiques régionales en 2018 ».

Laissez votre commentaire