Gabon : 30 ans de prison pour avoir tué sa copine parce que rentrée à 23h

Gabon Gabonmediatime Palais De Justice De Port Gentil Gabon
Palais de justice de Port-Gentil © D.R.

Tanguy Ndongo Moukala un compatriote de 30 ans vient d’être reconnu coupable d’homicide volontaire sur sa petite amie Dannika Moukassa Lindzondzo. Le mis en cause aurait ôté la vie à sa copine en avril 2015 sous prétexte que cette dernière serait rentrée aux alentours de 23 heures à leur domicile sis au quartier Ngadi. Le jeune footballeur a été condamné à la peine de 30 ans par la Cour criminelle de Port-Gentil. 

La Cour criminelle de Port-Gentil traite actuellement des cas aussi odieux que rares. Une fois de plus elle a eu affaire à un présumé meurtrier répondant au nom de Tanguy Ndongo Moukala. Ce footballeur amateur âgé de 30 ans vivait avec sa petite amie au quartier Ngadi. Selon le récit de L’Union, tout serait parti du refus de sa copine de le laisser aller retrouver dans un stade de football de la capitale économique. 

Désireux de ne pas soulever un tollé pour si peu, Tanguy Ndongo Moukala décide de ne plus sortir. Quelques heures après il décidera de se rendre au stade. En réaction, sa petite amie Dannika Moukassa Lindzondzo décide à son tour de sortir sans indiquer sa destination. De retour de ses activités sportives, le jeune footballeur constate malheureusement que sa demeure est vide. Vivant dans un quartier réputé pour les vols perpétrés, il se met en colère. 

Déjà remonté contre sa promise, Tanguy Ndongo Moukala attend de pieds fermes son retour. Il est 23 heures quand elle regagne son foyer. Moment choisi par sieur  Ndongo Moukala déterminé à sévir, de proposer une petite balade inopinée vers la plage du quartier PG2. À peine arrivés sur les lieux, le jeune homme se serait mis à tabasser Dannika Moukassa Lindzondzo avant de casser une bouteille qu’il enfoncera par la suite à sa dulcinée. Elle succombera de ses blessures. 

Partagé entre satisfaction et remords, Tanguy Ndongo Moukala revient sur les lieux du drame où il retrouve sa promise inerte. Paniqué il pousse à mains nues le corps de la défunte jusqu’à l’eau et rentre chez lui. Quelques jours après la famille sans nouvelle de leur fille mène des investigations auprès du voisinage qui s’avéreront infructueuses. Elle ne retrouvera le corps de Dannika Moukassa Lindzondzo que lorsque les médias font état d’une découverte macabre à ladite plage. Sur requête du procureur, une enquête sera ouverte. 

Laquelle conduira à l’interpellation de son petit ami par ailleurs suspect numéro 1. Gardé à vue et déféré devant le parquet, le mis en cause avait été placé en détention préventive avant de comparaître devant la Cour criminelle de la localité. A la barre, il aurait réitéré avoir agi sous l’effet de la colère et de la jalousie. Une excuse qui n’a eu aucun effet sur le ministère public qui au regard de la gravité de l’acte a requis la prison à vie à l’encontre du prévenu. Plus clémente, la Cour a condamné Tanguy Ndongo Moukala à 30 ans de prison après l’avoir jugé coupable des faits querellés 

Laissez votre commentaire