Gabon 1ère suspendue sur CanalSat pour impayés

Siège de Gabon Télévision à Libreville © D.R

La première chaîne de télévision gabonaise était indisponible sur le bouquet Canalsat depuis plusieurs jours. Pour cause, des impayés cumulés de plus de trois ans. L’ardoise s’élèverait à près de 225 millions de francs CFA et remonterait à l’époque où Alain Claude Bilie-By-Nze était encore tout puissant ministre de la Communication. C’est seulement hier, que tout est rentré dans l’ordre.



Les difficultés que traversait depuis plusieurs jours la chaîne nationale Gabon 1ère n’ont finalement trouvé une solution que ce mercredi 20 février 2019. Déjà décrié depuis des décennies pour ses programmes loin de satisfaire les attentes des téléspectateurs malgré le paiement de la Redevance audiovisuelle et cinématographique (RAC), la chaîne a été suspendue de diffusion sur les bouquets CanalSat, du moins plus 24 heures sur 14.

A l’origine de ce retrait du média public gabonais, une dette qui daterait de trois ans, et qui n’aurait pas été payée. Une situation d’ailleurs incompréhensible alors que le ministère du budget paie l’abonnement satellitaire à hauteur de 75 millions par an soit près de 250 millions depuis 3 ans. D’où l’interrogation sur la destination qu’aurait prise ce montant important destiné à internationaliser les programmes de la première chaîne gabonaise.

Du côté du ministère de la Communication où trônait à cette époque Alain Claude Bilie-By-Nze, c’est mystère et boule de gomme. Mais certaines indiscrétions estiment que des responsables de ce département ne seraient pas exempte dans cette affaire qui commençait à faire grincer des dents dans couloirs de la maison George Rawiri. D’autres par contre évoquent l’implication de l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF) ou de Télédiffusion Gabon (TDG), l’une de ces entités étant en charge du transport du signal numérique.

Joint par Gabon Media Time, le directeur général de Gabon 1ère Sébastien Ntoutoume Bekale a précisé qu’à son niveau, « il ne s’agissait que d’un problème technique et il était réglé avec les le concours de TDG qui gère le signal depuis la réforme ».

Il faut également relever que cette affaire a été de justesse réglée au moment où la direction général et les syndicats se livrent à une guéguerre au sujet de l’utilisation des revenus issus de la publicité. Outre, la gestion pour le moins ubuesque de la manne financière, l’outil de travail semble désormais désuet. « Le réseau hertzien est complètement naze et les ménages n’ont accès à la télévision que via satellite », nous a confié un autre responsable de la chaîne qui a requis l’anonymat.

Par ailleurs, au moment où les autres pays comme le Sénégal sont désormais à la TNT, le Gabon peine encore à desservir l’ensemble du pays. Pis, le retrait de la première chaîne sur le bouquet CanalSat intervient à un moment où elle annonce des nouveaux programmes.

Laissez votre commentaire