Gabon: «191 milliards remboursés au titre de la dette intérieure en 2018», selon Hugues Mbadinga Madiya

Hugues Mbadinga Madiya, Directeur général de la Dette © DMT

Entouré ce jeudi 24 janvier 2018 à Libreville autour des organisations patronales gabonaises, le directeur général de la dette Hugues Mbadinga Madiya, a tenu à « faire le point sur le règlement de la dette intérieure en 2018 ». Ainsi, selon les chiffres fournis par ce dernier, ce sont 191 milliards de Fcfa, qui auraient été réglés  en 2018 au titre de la dette intérieure.



C’est ce qui ressort de la séance de travail qui a eu lieu ce jeudi 24 janvier, autour du directeur général de la dette Hugues Mbadinga Madiya, et en présence du Président du conseil gabonais du patronat François Jean Jacques Evouna. Ainsi, il s’agissait pour les différentes parties de « faire le point sur le règlement de la dette intérieure en 2018 ».

En effet, mise en place entre le gouvernement et le GIE « club de Libreville 7 », la convention signée il y a un peu plus d’un an, aurait débouché en 2018 sur le règlement de près de 62% de celle ci. Bien aidé par le rachat de 120 milliards de Fcfa d’une partie de ces créances par les banques locales, et un rééchelonnement sur 74 mois du reste de ces créances dont 9 aurait été soldées, le gouvernement aurait donc réglé pour 191 milliards de Fcfa de dette intérieure en 2018.

En outre, ces 191 milliards de Fcfa intègrent le règlement de « 26 milliards de Fcfa par le biais du programme annuel d’Obligations du trésor assimilables (OTA) ». Si le fait que le montant consolidé de la dette intérieure ne prenne en compte, que « les créances validées au 31 décembre 2014 par la Commission interministérielle d’audit » peut souligner un manque d’exhaustivité, il semblerait que le gouvernement s’en contente.

Par ailleurs, au regard du faible niveau de masse monétaire disponible (22,7% du PIB en 2018), des questions demeurent quant à l’efficacité de ces méthodes de financement de la dette notamment intérieure, qui ne favorise pas la création monétaire.

Laissez votre commentaire