mercredi,20 octobre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: 1412, le numéro vert pour dénoncer les maltraitances d’enfants

Gabon: 1412, le numéro vert pour dénoncer les maltraitances d’enfants

Ecouter cet article

Le mercredi 16 juin 2021  le ministère de la Justice avec l’appui de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Enfance (Unicef) a procédé à la célébration officielle de la Journée de l’enfant africain. Un événement marqué par la divulgation de la « mascotte Supermwana 1412 », en prélude à la caravane nationale de sensibilisation sur la protection des droits de l’enfant dans les établissements scolaires. 

C’est en présence  du représentant de l’Unicef pour le Gabon, Sao-Tomé et la sous-région, Dr Noël Marie Zagre que le secrétaire général de la Chancellerie, François Mangari, représentant le ministre de la Justice a procédé au lancement des activités marquant la célébration de la Journée de l’enfant africain  à Nkoltang, dans le deuxième arrondissement de la commune de Ntoum. Une journée placée sous le thème « Pour l’intérêt supérieur des droits de l’enfant, nous ne ménagerons aucun effort ». 

En effet, c’est à l’Ecole privée protestante de Nkoltang que s’est déroulée cette cérémonie. Occasion pour le secrétaire général de la Chancellerie de réaffirmer l’engagement du gouvernement de réaliser les objectifs de l’agenda 2040 de l’Union Africaine. Il faut souligner que depuis des années, le Gabon s’est doté d’un cadre pour assurer la protection des enfants mais aussi de lutter efficacement contre la délinquance juvénile. 

Autre mesure importante, la mise en place du numéro vert 1412 « qui permet de saisir les services de prise en charge des victimes multiformes ». Autant d’éléments qui selon François Mangari traduisent la détermination du gouvernement « pour assurer à tous les enfants un épanouissement sain, une meilleure éducation, et partant, un avenir radieux ».

Pour sa part, Dr. Noël Marie Zagré a appelé à tenir compte des systèmes d’accès dans les écoles et formations sanitaires pour les enfants vivant avec un handicap. « Nous devons privilégier la rééducation de l’adolescent en conflit avec la loi en milieu ouvert en lieu et place de la détention préventive dans les prisons », a-t-il indiqué.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Enami Shop