Gabon: la 12ème édition du «Fashionshowchou» placée sous le sceau de la reconnaissance

En prélude à la tenue de la 12ème édition du «Fashionshowchou» qui aura lieu le 21 décembre prochain à l’hôtel Hibiscus de Libreville, le styliste modéliste Chouchou Lazare était face à la presse nationale ce jeudi 13 novembre. Il était question lors de cette rencontre non seulement de présenter cet événement qui réunit l’ensemble des acteurs de la mode gabonaise, mais aussi d’édifier les médias sur le déroulement de cette grande fête de la mode et les innovations de cette nouvelle édition.

C’est accompagné de quelques membres du jury notamment, la styliste et fondatrice de la maison «Sweetsecret», Annelia Théodose, du régisseur cabine et membre du jury Akile Tabarna et de la responsable de l’hôtel Hibiscus partenaire de l’événement que le styliste a tenu à présenter cet événement qui célèbre la créativité dans la mode gabonaise.

Placée sous le thème «Vous», cette soirée qui s’annonce riche en couleurs sera également l’occasion de présenter les Awards de la mode gabonaise 2018, qui permettront de récompenser les acteurs du milieu artistique gabonais ayant su se démarquer dans la période de 2016 à 2018. Une cérémonie qui selon le talentueux styliste aura pour objectif de rendre un hommage à l’ensemble de ces personnes qui oeuvrent depuis plusieurs années à l’essor de la mode gabonaise.

Prévue pour le 21 décembre prochain, cette soirée se veut être non seulement chic et glamour mais aussi un moment de partage et de remerciement. Ainsi au nombre des catégories dans lesquelles des prix seront décernés lors de la cérémonie, on peut citer entre autres le mannequinat, la création, l’accessoire, le make-up ou encore la photographie qui fait son entrée dans ces awards, mais aussi le meilleur styliste espoir de l’année.

Pour Chouchou Lazare cet événement marque un tournant décisif dans la promotion de la mode gabonaise et constitue une passerelle pour l’éclosion de nouveaux talents.  « Il est temps d’initier des récompenses, des Awards pour gratifier, honorer et valoriser notre métier. Il y a des gens qui travaillent dans ce secteur qui ont besoin d’être glorifiés, on aurait pu attendre des siècles pour que quelqu’un vienne faire ça », a-t-il souligné.

Laissez votre commentaire