Gabon : 127,7 milliards pour la réhabilitation des établissements scolaires et universitaires en 2020

Gabon Gabonmediatime Ustm
Université des Sciences et Techniques de Masuku © GMT

Avec un déficit de plus de 2 500 salles de classe pour les collèges et lycées, et un autre de plus de 380 salles de classe pour les écoles primaires et seulement deux universités, la question de la réhabilitation et de la construction des établissements scolaires et universitaires est plus que jamais d’actualité. Ainsi, pour faire face à la grogne sociale qui en découle, le gouvernement entend mobiliser plus de 127 milliards de FCFA en 2020.


Alors que les élèves et étudiants des différents établissements scolaires et universitaires se sont résolus à affronter cette nouvelle année dans des conditions d’apprentissage exécrables, le gouvernement vient de faire une annonce qui aura le mérite de susciter espoirs et surtout beaucoup d’attentes. 

En effet, comme annoncé à l’issue du conseil des ministres de ce mardi, le gouvernement, dans sa « stratégie d’Investissement Humain du Gabon », entend mobiliser 127,7 milliards de FCFA qui seront destinés à l’Education, notamment la réhabilitation des universités, des écoles et lycées, la construction des lycées, collèges et centres de formation professionnelle.

Cette stratégie qui vise à renforcer le Plan de relance de l’Économie (PRE) dans sa composante “éducation”, s’inscrit également dans le cadre du Programme d’investissement dans le secteur éducation (PISE) lancé avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD). 

Lire aussi: Gabon: Pas de livraison de salles de classe pour l’année scolaire 2019-2020 

Néanmoins, au regard des nombreuses promesses faites par le gouvernement depuis quelques années, et de son incapacité à résoudre ce déficit en salles de classe malgré des moyens colossaux, des questions demeurent notamment lorsqu’on sait qu’une délégation du FMI était présente à Libreville le mois dernier, et que le ministre de l’Économie est à Washington pour solliciter un nouveau décaissement dans le cadre du MEDC. 

Laissez votre commentaire