vendredi,17 septembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: 12 milliards supplémentaires de subvention pour l'agonisante Sogara

Gabon: 12 milliards supplémentaires de subvention pour l’agonisante Sogara

Ecouter cet article

En perte de vitesse depuis de nombreuses années du fait à la fois d’une obsolescence des installations et d’une gestion peu optimale le tout en dépit d’un statut de seul et unique raffinerie du pays, la Société gabonaise de raffinage (Sogara) continue pourtant de bénéficier des largesses de l’exécutif. Pour preuve, comme le révèle le document de cadrage budgétaire élaboré par les services du ministère de l’Economie, la société dirigée par Edson Mvou Tsinga devrait bénéficier en 2022 de la bagatelle de 12,2 milliards de FCFA.

Malgré des difficultés financières récurrentes symbolisées aussi bien par des pertes nettes de l’ordre de 20 milliards de FCFA en 2019 et un chiffre d’affaires en baisse de 13% par an depuis 2013, le tout pour un potentiel d’augmentation de la production limité, la Société gabonaise de raffinage (Sogara) devrait continuer d’être gâtée par l’exécutif. Comme en témoignent les données contenues dans le document de cadrage budgétaire macroéconomique 2022-2024, celle-ci devrait bénéficier d’une bien juteuse subvention l’an prochain.

En effet, après avoir déjà bénéficié d’une allocation budgétaire d’un peu plus de 12 milliards de FCFA en 2021, la société dirigée par Edson Mvou Tsinga qui reste pourtant sur une amélioration providentielle de près de 80% de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2021, devrait une nouvelle fois bénéficier d’une enveloppe similaire en 2022. Enveloppe dont on ignore la réelle destination, tant la raffinerie semble faire du sur place ces dernières années, avec un faible impact sur la qualité et le coût des carburants sur le plan local.

Par ailleurs, en se référant aux données actuelles de cette société publique cinquantenaire qui affichent une baisse des volumes de produits raffinés et des interruptions fréquentes dues à la vétusté de l’équipement qui entraînent des retards de paiement de créance de la GOM notamment, difficile de comprendre que le gouvernement continue d’y affecter un tel montant alors même qu’a été évoquée ces derniers mois, une restructuration de l’outil productif.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Enami Shop