Gabon: 12 milliards injectés dans la réhabilitation des établissements scolaires publics

Le trésor public gabonais © D.R

Conformément à la loi organique n°020/2014 du 21 mai 2015, relative aux lois de finances et à l’exécution du budget (LOLFEB), le ministre du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault a rendu public récemment le rapport sur l’exécution de la loi de finances de l’année, pour le 3ème trimestre 2018. Aux termes de ce dernier, c’est près de 12 milliards de Fcfa qui ont été affectés pour réhabilitation des infrastructures scolaires publics.

Dans ce rapport qui rend compte de la gouvernance et des performances budgétaires enregistrées sur la période susmentionnée, il ressort que dans le cadre de la réhabilitation et la construction des établissements scolaires c’est la faramineuse somme de 12,7 milliards de Fcfa qui aurait été affectée par le gouvernement.

Inscrits dans le titre 5 dit dépense d’investissement, ces travaux devraient permettre d’améliorer les conditions d’apprentissage et de vie des apprenants, et devaient également aboutir à la réhabilitation des salles de classe, des sanitaires, des bâtiments administratifs et des autres locaux que l’on trouve dans ces établissements scolaires.

Alors qu’une jeunesse bien formée est gage de prospérité et de développement sur le long terme, les autorités semblent négliger cet aspect dans leurs différents programmes. Cette situation qui met en péril l’avenir de toute une génération, devrait nécessairement constituer un point central de toute discussion en hauts lieu.

Par ailleurs, au vue du montant faramineux alloué à ce projet annoncé en grande pompe par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, le gouvernement aurait dû s’atteler à sa réalisation. Mais, force est de constater que hormis les complexes scolaires d’Owendo et Bikélé ouverts récemment, la grande majorité des établissements demeurent insalubres et inadéquat pour un enseignements de qualité.

Cette situation extrême, devrait logiquement susciter des interrogations chez les sénateurs à l’heure où les membres du gouvernement sont auditionnés dans le cadre de la loi de finances 2019.

Laissez votre commentaire