Gabon: «10% des prêts bancaires sont improductifs», selon le FMI

Vue de Libreville, capitale du Gabon © D.R

Malgré une hausse de 10% du total bilan des banques gabonaises à 2413,5 milliards de Fcfa à fin septembre 2018, la fragilité des bilans de certaines institutions, freine la croissance du crédit. Ainsi, selon les données du Fonds monétaire international (FMI), près de 10% des prêts bancaires seraient improductifs, principalement à cause du ralentissement économique.



Élevé dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, les prêts improductifs s’accumulent très rapidement notamment au sein des banques publiques. Au Gabon, ce constat est particulièrement saisissant au regard de la faillite presque annoncée d’institutions telles que la Banque Gabonaise de développement (BGD), la Banque de l’habitat du Gabon et la PostBank.

En effet, ces trois fleurons du secteur bancaire gabonais, sont victimes « du ralentissement économique », mais aussi de « pratiques de gestion de risques déficientes » et « d’un retard dans les remboursements ». Cette situation qui a conduit à leur faillite, est partie principalement du fait que certains prêts improductifs, aient été sous-estimés en raison de leur régénération.

Si certaines institutions bancaires réussissent à tirer leur épingle du jeu grâce à de meilleures outils de gestion, ce qui a notamment conduit à une nette amélioration du taux de couverture des crédits par les dépôts, force est de constater que la situation d’autres institutions, plombent les perspectives du secteur.

Par ailleurs, au Gabon le risque lié à la fragilité des bilans des banques est accentué par « l’incertitude entourant les perspectives économiques et politiques » selon le FMI, dans son rapport sur les Perspectives économiques régionales.

Laissez votre commentaire