Front social : la plate-forme revendicative monte au créneau

Ce vendredi 21 avril 201è, à Nkembo dans le deuxième arrondissement de Libreville, la Plate-forme revendicative des organisations professionnelles des travailleurs sur la vie chère et l’emploi s’est réunie, le temps d’une conférence de presse commune pour demander l’arrêt des sévices subies par les agents de l’Etat et dénoncer flambée des prix.

La plate-forme revendicative regroupe une quinzaine d’organisations à savoir la Cosyga, la Cgsl, l’Usap, l’Utg, la Cosyneq, la Csg, le Sg, la Cdsa, la Cappe, l’Ugsr, la Gsr, la Cgt/Fl, la Cosynap, l’Odestrag, et la Cstg. Elle s’insurge contre la flambé des prix qui a cours aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays.

Par ailleurs, ladite plate-forme fait remarquer que la flambée des prix tant décriée échappe au contrôle des pouvoirs publics​. Pourtant plusieurs observateurs pointent du doigt l’entrée en vigueur la Contribution Spéciale de Solidarité(CSS) «cette situation vient alourdir le pouvoir d’achat des ménages, particulièrement le panier de la ménagère» précise Joël Ondo Ella, porte-parole des centrales syndicales.

Les Organisations professionnelles des travailleurs revendiquent entre autres, « la relance de l’économie, diminution de la vie chère, baisse des prix de service, salaires et accessoires, travail et emploi, protection sociale, liberté syndicale, dialogue social et éducation nationale».

Ils demandent le rétablissement des 807 enseignants suspendus sans condition et la réhabilitation des 19 autres proposés à la radiation

Enfin, la plate-forme revendicative invite les travailleurs à une mobilisation globale par la tenue des assemblées générales dans les entreprises et administrations​. Ils se réservent le droit de lancer une grève générale illimitée dans les prochains délais si le gouvernement s’obstine à garder silence.

Laissez votre avis