samedi,18 septembre 2021
AccueilDerniers articlesFranck Nguema: «une révision constitutionnelle pour le consensus, la continuité de l'Etat...

Franck Nguema: «une révision constitutionnelle pour le consensus, la continuité de l’Etat et la stabilité»

Ecouter cet article

Si dans les rangs de l’opposition et d’une frange de la société civile, le projet de révision de la Constitution adopté en Conseil des ministres le vendredi 18 décembre dernier a du mal à passer, plusieurs acteurs politiques sont décidés à défendre cette réforme impulsée par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. C’est le cas du député du 2ème arrondissement de la commune d’Akanda, et actuel ministre des Sports Franck Nguema qui, dans une publication sur son compte Facebook, a tenu à relever que cette modification constitutionnelle  avait pour but de garantir le consensus, la continuité de l’Etat et sa stabilité. 

Citant d’entrée de jeu le chef de l’Etat qui relevait que « c’est  quand il fait beau, et non quand il pleut, qu’on répare la toiture », Franck Nguema a relevé que contrairement à ce qui se dit dans l’opposition cette révision constitutionnelle s’inscrit dans la volonté de l’exécutif d’assurer « le consensus, la continuité de l’Etat et la stabilité ». 

Concernant le choix d’une « Troïka » composée des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat et surtout la présence pour le moins controversée du ministre de la Défense nationale dans ce collège, le membre du gouvernement a souligné que sa présence s’expliquait par le fait qu’il  est « garant de la défense et la sécurité nationale, en cas de vacance temporaire (vide juridique comblé) ou définitive de la Présidence de la République ». Le consensus doit présider en période sensible. Comme le dit l’adage : « Il vaut mieux se tromper avec tout le monde que d’être intelligent tout seul », a soutenu Franck Nguema. 

Autre avancée notable, la détermination d’un mode opératoire en cas de non-organisation des élections dans les délais constitutionnels qui selon lui devrait contribuer à la continuité et la stabilité des Institutions. « L’irresponsabilité et l’inviolabilité du Parlement et de la Cour Constitutionnelle pour assurer à leurs membres la protection, l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires pour l’exercice de la souveraineté nationale », a d’autre part indiqué Franck Nguema.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop