Franck Nguema porte la voix du Gabon à la conférence sur le changement climatique

Franck Nguema représente le Gabon à la conférence sur le changement climatique à Bruxelles © D.R

Le 19 février 2019, s’est déroulée au Palais d’Egmont à Bruxelles, la conférence internationale de haut niveau sur le « Changement climatique et la préservation des océans ». Une rencontre qui a vu la participation du Gabon qui était représenté pour l’occasion par le ministre délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Forêts et de l’Environnement chargé du Plan Climat Franck Nguema.

GABON LIBREVILLE

La délégation gabonaise conduite par le membre du gouvernement était composée du Conseiller du Président de la République en charge de la négociation internationale Stanilas Mouba Olouna et d’un expert du ministère de la Pêche et de la Mer Louis Léandre Ebobola Tshiba. Une participation qui démontre l’attachement du Gabon à la question climatique et la préservation des océans, sujet porté d’ailleurs sur la scène mondiale par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.

Organisé à l’initiative des ministres belges Marie Christine Marghem et Philippe De Backer, cette rencontre a accueilli plus de 500 invités internationaux et nationaux. Cet événement est la 1ère réunion de haut niveau qui s’inscrit dans la stratégie développée par le processus de l’« Ocean Pathway » qui vise à insérer la thématique des océans à l’agenda formel des négociations climatiques. L’objectif était donc de débattre des conséquences du changement climatique sur la biodiversité marine, de la nécessité de réduire les émissions des navires et du potentiel de la production énergétique offshore.

Lors de cette conférence, le ministre délégué auprès du Ministre des Forêts et de l’Environnement chargé du Plan Climat est intervenu au sein du Panel N°2 sur le thème « Comment concilier l’énergie marine avec la conservation ? ». Occasion pour lui de réaffirmer l’engagement des plus hautes autorités gabonaises de « protéger la biodiversité marine et en assurer sa préservation ». Franck Nguema a rappelé que le Gabon a été le premier pays africain à faire sa Contribution Déterminée Nationale avec pour ambitieux objectif la réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2025.

Dans le même ordre d’idées, il a également porté à la connaissance des conférenciers que le Gabon a procédé à la création de 9 parcs marins destinés à la conservation et à la protection et de 11 réserves aquatiques pour l’aménagement des pêcheries, et créer le Conseil National de la Mer afin de concevoir, planifier et coordonner l’action de l’Etat sur l’espace maritime ; ainsi que l’adoption d’une Stratégie Maritime Intégrée qui a établi des aires marines protégées qui s’établissent à environ 50.000 km², soit 26% du territoire marin national.

Il faut souligner que cette Conférence de Haut Niveau s’est conclue sur la signature de la Déclaration de Bruxelles qui a recueilli un large soutien parmi les États et organisations présents. Parmi les signataires, on compte entre autres les ministre Marie Christine Marghen (Belgique), Brune Poirson (France), Isabella Lovin (Suède), le Chili, l’Espagne, le Portugal, le Luxembourg, la Norvège, l’Islande, la Côte d’Ivoire le Maroc et certains pays asiatiques.

Ainsi, les signataires de cette déclaration ont encouragé toutes les parties à l’Accord de Paris à élaborer des contributions nationales spécifiées (CDN), appelées  à un large déploiement des énergies renouvelables issues de l’océan (y compris les vagues, les marées et les courants) et à une bonne planification de l’espace marin mais aussi à des réductions rapides et ambitieuses des émissions dans le transport maritime international.

Laissez votre commentaire