Francis Aubame : «Annie Léa n’avait pas de contrat explicite avec la galaxie Jean Ping»

Fancis Aubame président des Souverainistes écologistes à l'occasion d'une causerie à Bessieux © GMT

Depuis sa déclaration de presse du samedi 9 septembre 2017, à Nzeng-Ayong, dans le 6ème arrondissement de Libreville, la vice-présidente des Souverainistes écologistes, Annie Léa Meye n’a pas cessé de faire couler ancres et salives. Interrogé par l’Union sur le départ de cette dernier de la Coalition pour la nouvelle République, Francis Aubame, patron des souverainistes n’a pas caché son regret de ne plus la compter parmi les membres de son parti.

Annie Léa Meye qui justifie sa démission par le fait que l’entourage du «président élu» Jean Ping use de la dictature de sa proximité avec ce dernier pour créer un climat délétère au sein de la Coalition pour la nouvelle République, dénonçait lors de sa déclaration de presse les dessous de cette frange de l’opposition gabonaise. «Jamais dans l’opposition, nous n’avions atteint un tel niveau de haine entre partisans d’un même camp, du moins aussi perceptible»; affirmait-elle.

Si pour le président des Souverainistes écologistes Francis Aubame, «Mme Annie Léa n’avait pas de contrat explicite avec la galaxie Jean Ping. Elle avait signé une fiche d’adhésion au parti « Souverainistes-Écologistes » dont elle était l’un des vice-présidents. Vous savez, cette galaxie est composée des gens qui viennent d’horizons très divers et qui viennent chacun avec ses raisons», ses nombreux détracteurs voient en sa sortie une volonté de fragiliser la Coalition et Jean Ping qu’elle a pourtant soutenu dès son entrée dans l’opposition en février 2014.

Le plus important selon le chef de fil des Souverainistes écologistes «c‘est que nous avons une contradiction principale, qu’est le « système Bongo-PDG »». «Même s’il y a d’autres contradictions»; poursuit-il, «elles ne sont que secondaires. Pour le moment nous devons mettre tous nos efforts sur la contradiction principale.»; confie-t-il et c’est d’ailleurs ce qu’attend faire Annie Léa Meye qui au terme de sa déclaration lançait un appel au «rassemblement de tous les patriotes pour que nous nous organisions afin de construire un nouveau modèle qui nous permettra de répondre aux aspiration du peuple».

Laissez votre avis