lundi,26 juillet 2021
AccueilA La UneFranceville: le SNEC-USTM s’oppose au démarrage des activités pédagogiques 2020-2021

Franceville: le SNEC-USTM s’oppose au démarrage des activités pédagogiques 2020-2021

Ecouter cet article

Réunis en assemblée générale extraordinaire le mercredi 21 avril dernier, les enseignantschercheurs, membres du Syndicat national des enseignants et chercheurs du Gabon, section Université des sciences et technologies de Masuku (SNEC-USTM), se disent indignés par le silence de leur tutelle face à leurs revendications. Pour montrer leur détermination,  ces derniers ont décidé de s’opposer au démarrage des activités pédagogiques 2020-2021.

Emboîtant le pas à leurs collègues de l’Université Omar Bongo, les enseignants-chercheurs réunis au sein du SNEC-USTM sont montés au créneau au cours d’une assemblée générale qui s’est tenue le 21 avril dernier. Face au silence de leurs plaintes restées sans suite, et au vu du manque d’intérêt manifeste de leur tutelle accordé à leur mouvement et à leurs multiples revendications, ces derniers, ont tout simplement décidé de  geler la reprise des activités pédagogiques.

En effet, au nombre des revendications soulevées par les membres du SNEC-USTM, on note entre autres la non-effectivité des travaux de réhabilitation de l’université, le non-paiement de la dette portant sur les heures supplémentaires et vacations qui s’étendent sur six semestres des années universitaires 2017-2018, 2018-2019, 2019-2020. 

Ainsi, pour une école et des conditions d’apprentissage meilleures, les membres du SNEC ont unanimement décidé d’engager un bras de fer avec les autorités compétentes afin qu’une solution soit apportée. « Au regard des éléments susmentionnés, les enseignants chercheurs décident du non-démarrage des activités pédagogiques pour le compte de la nouvelle année universitaire », indique le communiqué signé du président du SNEC-USTM, Florent Nguema Ndong.

Une situation qui vient une fois de plus perturber la bonne marche des activités académiques au sein de l’USTM. Les regards sont donc tournés vers le ministre de l’Enseignement supérieur, Pr. Patrick Mouguiama Daouda qui se doit de trouver une solution pérenne à ces mouvements d’humeur en série.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale.Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales