dimanche,17 octobre 2021
AccueilA La UneFranceville: Lambert Noël Matha plus fort que la République gabonaise?

Franceville: Lambert Noël Matha plus fort que la République gabonaise?

Ecouter cet article

C’est la question susceptible d’être posée avec la multiplication d’actions menées par des membres du gouvernement dans leur région natale et qui donnent l’impression d’une marginalisation des autres localités qui n’ont pas de ressortissant titulaire d’un portefeuille ministériel. La preuve encore avec le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha qui a récemment offert un bâtiment flambant neuf à une école publique du 3ème arrondissement de Franceville dans la province du Haut-Ogooué. 

En effet, c’est accompagné de plusieurs de ses collègues, notamment le ministre de la Santé, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong, la ministre délégué auprès du ministre de l’Education nationale Camélia Ntoutoume Leclercq, du très controversé ministre du Pétrole Vincent de Paul Massassa que Lambert Noël Matha a procédé à l’inauguration dudit bâtiment destiné aux élèves du pré-primaire de cet établissement du 3ème arrondissement de la capitale altogovéenne.

En effet, dans sa livraison n° 351 du lundi 11 octobre 2021 l’hebdomadaire L’Aube se questionne sur la pertinence de ces actions qui se font au détriment de la préséance républicaine. « En tant que ministre de l’Intérieur, d’un gouvernement de la République, son rôle est-il d’offrir en don un bâtiment d’école ou bien participer à la mise en place d’un système éducatif efficient et efficace », s’interroge notre confrère. 

Si la livraison de ce bâtiment flambant neuf au profit de l’école publique du 3ème arrondissement de Franceville est un geste est à saluer et reste fortement apprécié par les populations, il questionne sur le bien-fondé d’une telle action posée par un membre du gouvernement originaire de la localité en lieu et place des pouvoirs publics. 

Des actions qui laissent croire à l’érection de certains passe-droits au sein de l’exécutif qui questionnent sur la provenance de ces fonds déployés à titre personnel. Autre fait et non des moindres, l’opinion se questionne sur le sort réservé aux localités telles que Mimongo, Mongo, Ovan, Malinga ou encore Medouneu pour ne citer que celle-là, qui ne disposent pas d’un de leur fils au sein du gouvernement. Ces populations doivent-elles attendre la nomination de l’un des leurs pour espérer goûter au développement ? 

Il faut dire que les agissements du ministre de l’Intérieur et de certains de ses collègues dénotent d’une toute puissance de certains ministres qui décident du jour au lendemain de se substituer à l’Etat et ainsi de discriminer les localités qui n’ont pas eu la chance d’avoir des représentants au sein du gouvernement.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Enami Shop