mercredi,28 juillet 2021
AccueilDerniers articlesFranceville: il ressort libre, après avoir passé 4 ans en prison pour...

Franceville: il ressort libre, après avoir passé 4 ans en prison pour viol sur une fille qu’il considerait comme sa petite amie

Ecouter cet article

Le mercredi 14 avril dernier, la session criminelle 2021 s’est poursuivie au palais de justice de Franceville avec entre autres comme affaire, le procès de Brayanne Foutougou âgé de 22 ans qui a été fixé sur son sort à l’issue de l’audience rapporte le quotidien L’Union. L’accusé après délibération de la cour a été reconnu coupable de viol sur mineure de moins de 14 ans et a été condamné à 4 ans de réclusion criminelle dont  1 avec sursis.

Les faits se seraient déroulés en 2018 selon le récit du quotidien L’Union. Le jour de l’incident, Alain Gaston Maissa, le père de la jeune fille de 14 ans apprend que celle-ci a été convoitée par Brayanne Foutougou, leur voisin âgé de 19 ans. Pris de rage, le père va administrer une correction aux deux amants avant d’aller déposer sa fille au domicile du jeune homme afin qu’il prenne désormais soin d’elle. C’est dans la nuit, alors qu’ils seront ensemble, que les deux adolescents auront des rapports sexuels. L’annonce de la nouvelle quelques jours plus tard, va attiser la colère du père de famille qui va saisir les autorités judiciaires.

Appelé à la barre, et face aux déclarations d’Alain Gaston Maissa, le ministère public représenté par Me Olivier N’Zahou va s’intéresser de plus près à la conduite du père estimant que son acte fait de lui le complice du jeune homme. « Le fait d’avoir remis votre enfant entre les mains de son bourreau fait de vous son complice. » a-t-il déclaré. Le conseil de Brayanne Foutougou, Me Gey s’est appuyé sur ses observations pour la défense de son client. Tout en reconnaissant sa culpabilité, il a sollicité la clémence et la sagesse de la cour mais aussi, des circonstances atténuantes du fait de la personnalité du jeune homme. 

Le ministère public a requis la culpabilité de l’accusé sur la base des articles 256 et 259 du Code Pénal, tout en lui reconnaissant des circonstances atténuantes. Au terme de son procès, l’accusé a été reconnu coupable et la cour a statué en faveur d’une peine couverte par la période déjà passée en détention. Il a ainsi été condamné à 4 ans de prison dont 1 avec sursis, permettant ainsi qu’il recouvre la liberté.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )