France: les atouts économiques du Gabon au coeur d’un colloque à Paris

Photo officielle lors du colloque économique Gabon-France © D.R

Le colloque sur les investissements au Gabon s’est ouvert au Palais du Luxembourg, siège du Sénat à Paris ce 29 mars. Organisé par  Business France et l’ambassade haute représentation du Gabon en France, la rencontre a réuni 200 investisseurs traditionnels et nouveaux opérateurs français intéressés par le marché gabonais. L’occasion a été donnée au gouvernement gabonais de présenter le processus de la diversification économique du pays.



Dans le cadre du colloque économique Gabon-France organisé le vendredi 29 mars dernier par Business France et l’ambassade haute représentation du Gabon en France,  plus de 200 investisseurs traditionnels et nouveaux opérateurs français se sont réunis au Palais du Luxembourg, siège du Sénat à Paris. La rencontre était organisée sur le thème :  « Le Gabon, un marché d’Afrique centrale en recherche de diversification ».

C’était l’occasion pour le ministre  des Transports et de la Logistique, Justin Ndoundangoye de « vanter les avantages tirés des mesures fortes décidées par le président de la République, chef de l’État, S.E. Ali Bongo Ondimba, concernant l’industrialisation de certaines filières telles que le manganèse, le palmier à huile ou encore le bois dont la transformation locale a généré plus de 17.000 emplois et place désormais le pays en tête des exportations en Afrique. », lit-on dans un communiqué parvenu à Gabon Media Time.

Pour le gouvernement gabonais, le processus de la diversification économique est irréversible. Justin Ndoundangoye a par ailleurs « salué cette capacité de résilience qui permet aujourd’hui aux institutions financières internationales de tabler sur des projections à court terme de croissance de plus de 3,4% en 2019 et en 2020, sous l’impulsion des secteurs hors pétrole ». Venant en appui au ministre des Transports, le ministre délégué à l’Economie, Hilaire Machima, a animé un panel sur les perspectives économiques, le code des investissements et l’allègement de la fiscalité dans les zones économiques spéciales.

Le ministre des Transports, en sa qualité de chef de délégation, a réaffirmé la volonté des plus hautes autorités gabonaises de voir les opérateurs français accroître leurs investissements, certes, dans un environnement de compétitivité ouvert à de nouveaux partenaires. Pour Christophe André Frassa, président du groupe interparlementaire d’amitié France-Afrique centrale, représentant le président du Sénat, « la France, qui a toujours été à nos côtés et à qui nous ne tournerons jamais le dos, en raison de la force de notre coopération économique et culturelle, ainsi que ses entreprises, ont toute leur place ».

Lors de ce déplacement à Paris, le ministre Justin Ndoundangoye était accompagné d’une forte délégation composée, entre autres, du ministre délégué à l’Économie, Hilaire Machima, du président de la Confédération patronale gabonaise (CPG), Alain Ba Oumar, du directeur général de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI), Gabriel Ntougou et du directeur général du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), M. Serge Mickoto.

Laissez votre commentaire