France: décès ce jeudi soir de l’écrivain-journaliste Pierre Péan

Gabon Gabonmediatime Pierre Péan
L'écrivain-journaliste Pierre Péan est mort à l'âge de 81 ans © D.R.

Pierre Péan, l’un des plus grands journalistes d’enquête français, est décédé ce jeudi soir, à l’âge de 81 ans. Il fut dans les années soixante dix, un grand spécialiste de l’Afrique. Son premier best-seller, « Affaires africaines », marque le début d’une série de livres d’enquêtes, sur l’affaire des diamants offerts par le dictateur centrafricain Bokassa à Giscard, sur l’empire TF1, avec Christophe Nick, sur la jeunesse de François Mitterrand.



Dans cet ouvrage, « Une jeunesse française-François Mitterrand. 1934-1947 », Pierre Péan révèle que le président socialiste a reçu la décoration de la Francisque des mains du maréchal Pétain. Ce sera son plus gros succès en librairie, celui qui le fera connaître du grand public. Il publie aussi une enquête sur le fonctionnement du quotidien « Le Monde », dans les années où le journal est dirigé par Edwy Plenel, ou encore un travail minutieux sur la vie tumultueuse de Bernard Kouchner.

Dans les années 90, il se spécialise dans des enquêtes historiques, sur Jean Moulin, la guerre d’Algérie, sur le banquier suisse François Genoud, exécuteur testamentaire d’Hitler. Un de ses travaux les plus controversés fut « Noires fureurs, blancs menteurs. Rwanda, 1990-1994 », dans lequel il prend la défense du gouvernement français, accusé d’avoir participé au génocide contre les Tutsis.

Pierre Péan détestait le terme « journalisme d’investigation », qu’il jugeait trop inquisitorial, trop accusatoire, trop « yankee ». Il préférait l’expression « enquête » qu’il jugeait plus conforme à l’esprit français. Il avait surtout une vision humaniste et bienveillante de son métier, rappelant à ceux qui le croisaient qu’il fallait toujours « s’attacher à comprendre les trajectoires des personnalités, sans les juger, sans les salir, tout en assumant la révélation des faits ».

Pierre Péan a collaboré à de nombreux journaux, tels « Libération« , « le Canard Enchaîné », « Actuel », mais n’a jamais voulu s’enfermer dans un titre, pour « garder sa liberté de jugement, et surtout avoir le luxe du temps, pour ne pas être prisonnier de la tyrannie de la vitesse ». Ces dernières années, il s’inquiétait de la dérive des médias, de ce qu’il appelait le « pilori de l’instantané ». Il part dans un moment où la question ne s’est jamais autant posée.

Avec nouvelobs.com

Laissez votre commentaire