Fougamou : des voiries urbaines en état de dégradation avancée

La question de l’entretien des voiries urbaines des communes du Gabon demeure un  véritable noeud gordien, certaines municipalités de l’intérieur du pays qui ont eu la chance d’avoir il y a quelques années des routes praticables sont confrontés désormais au difficultés inhérentes à leur entretien. C’est le cas de Fougamou, dans le département de Tsamba-Magotsi, dans la province de la Ngounié, dont les routes se dégradent sous les yeux impuissants des autorités municipales.



En effet, cette commune qui avait bénéficié d’un investissement conséquent en matière d’infrastructure de base (route, hôpital, écoles, caserne de gendarmerie…) à l’époque où son député-maire Marcel Doupamby Matoka, par ailleurs ministre des Finances d’Omar Bongo était aux affaires, voit aujourd’hui ces investissements se dégrader au fil des années. Les bâtiments qui avaient été construits à cette époque sont dans un état de décrépitude avancé, c’est le cas par exemple de la caserne de gendarmerie, pourtant de bonne standing, mais les logements sont en train de prendre un sacré coup de vieux, sans que cela n’émeuve ni les gendarmes qui y sont logés, encore moins les responsables politiques et administratifs de la ville.

Fougamou qui disposait pourtant d’un service chargé de l’entretien des artères croupit désormais sous l’herbe, «nous éprouvons surtout des difficultés financières pour entretenir les routes, le budget de la mairie n’étant pas conséquent car une grande partie est affecté au depense de fonctionnement» nous confie un conseiller municipale. En lieu et place du goudron, des crevasses recouvrent la majeure partie des routes de la Commune, c’est le cas de la ruelle allant de la Mairie vers la Poste en passant par la caserne de gendarmerie.

Mais cette artère n’est pas la seule, plusieurs quartiers de la ville voient également leurs routes se dégrader inexorablement. C’est le cas de la voie menant vers la résidence du doyen politique Paul Malekou, où des nids de poule se sont formé ici et là sur la chaussé. Cette situation est d’ailleurs décrié par les populations. «En plus du problème d’éclairage public, la question des routes devient de plus en plus inquiétant. Chaque maire qui se succèdent depuis quelques années ne s’occupe pas de revoir ce problème, il est clair que la ville est peu à peu en train de mourir, et les pouvoirs publics ne bouge pas le petit doigt, ils attendent venir se pavaner pendant les élections comme d’habitude» martèle un habitant visiblement en colère.

La situation que traverse la commune de Fougamou n’est malheureusement pas un cas isolé, plusieurs ville de l’intérieur du pays font face à la dégradation voir à l’inexistence de voiries urbaines digne de ce nom, cela favorisée par les maigres budgets dont dispose ces municipalités.

Laissez votre commentaire