Football: dans la tanière des Panthères du Gabon

© D.R

Avant d’affronter les Hirondelles du Burundi et les Chipolopolos de Zambie les 8 et 11 septembre prochains, les Panthères du Gabon sont à la croisée des chemins. Après des résultats sportifs décevant depuis plus deux ans marqués par une Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2017 plus que chaotique, les joueurs de José Antonio Camacho sont obligés de réagir.

Troisième du groupe C avec zéro point au compteur, les coéquipiers de Pierre Emerick Aubameyang sont dans une impasse. Alors qu’après la CAN 2012 et un cruel quart de final face au Mali l’équipe semblait sur la bonne voie, six ans plus tard, elle a totalement explosé en vol, comme en témoignent ces éliminations coup sur coup au premier tour des CAN 2015 et 2017.

Si les anciens tels que Daniel Cousin, Mbanangoye Zita, ou encore Eric Mouloungui, ont cédé leur place à la nouvelle génération composée des Kanga Guelor, Malick Evouna, Mario Lemina ou Didier Ndong, ces derniers ont du mal à reprendre le flambeaux. Évoluant pourtant dans des championnats huppés, cette génération cumule les échecs.

Positionnée au 86ème rang par la fédération internationale de football association (FIFA) dans son dernier classement, derrière des équipes comme le Luxembourg ou Curaçao qui ont à peine des joueurs professionnels, l’équipe gabonaise est en perdition. En ligne de mire, le capitaine Pierre Emerick Aubameyang dont les prestations font débat.

Face au Burundi et à la Zambie, José Antonio Camacho qui a fait quelques choix forts en « zappant » Didier Ndong et Malick Evouna, et ses hommes, devront montrer un visage conquérant. Pour renouer avec un public qui a perdu foi en cette équipe, qui osons le dire, est devenue pitoyable, joueurs, staff et tout l’encadrement devront mettre les bouchées doubles.

Laissez votre commentaire