Florentin Moussavou crée son parti et entend prendre part aux législatives

Florentin Moussavou, président de CAC © D.R

Ce mercredi 7 mars 2018, Florentin Moussavou a annoncé la création de son parti politique, Conscience et action citoyenne (CAC), à l’occasion d’un congrès constitutif, si s’est tenu au quartier Plaine Orety, dans le premier arrondissement de Libreville. L’ancien ministre de l’Education nationale tourne ainsi la page du long feuilleton judiciaire qui l’opposait à Didjob Divungi Di Ndinge sur la paternité de l’Alliance démocratique et républicaine (Adere).



Née de la fusion entre le Forum pour la démocratie et le progrès (FDP) et de l’Alliance démocratique et républicaine tendance Florentin Moussavou, Conscience et action citoyenne se positionne au sein de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence soutenant le président de la république, chef de l’état, Ali Bongo Ondimba. «Nous voulons, aux côtés de ceux qui croient que pour notre pays, le Gabon, nous devons en choeur exprimer des désirs d’avenir généreux, de manière à écrire solidairement un nouveau récit», s’est justifié l’ancien ministre.  

Devant le secrétaire général adjoint du Parti démocratique gabonais, Eloi Nzondo, et les responsables des partis de la Majorité Florentin Moussavou a décliné son ancrage dans ce camp politique et sa volonté de prendre part aux prochaines échéances électorales : «nous vous disons que nous existons, nous demeurons à vos côtés pour poursuivre notre combat politique en rangs serrés, notamment pour les prochaines élections législatives auxquelles «Conscience et Action Citoyenne» prendra part, parce que nous avons foi dans l’avenir de ce pays», a-t-il précisé.

Se présentant comme l’héritier de la véritable Adere, Florentin Moussavou a lancé un appel aux cadres politique de cette formation politique qui, «frappés par l’impatience, désemparés face aux invectives, aux errements, ont décidé de se tenir à l’écart», à ces derniers, il leur a demandé «de revenir et de se réinvestir dans la construction de notre parti, de leur parti», a-t-il martelé.

Lire aussi >> Didjob Divungui Di Ndinge, désormais président légitime de l’ADERE

Pour rappel, à la suite de la décision de justice qui reconnaissait la paternité de l’Alliance démocratique et républicaine (Adere), à Didjob Divungi Di Ndinge, l’ancien ministre de l’Education nationale, Florentin Moussavou qui en revendiquait une tendance a décidé de tourner cette page tumultueuse, pour créer son propre parti politique.

Laissez votre commentaire