Fête de la culture ou Fête des cultures ?

Depuis son lancement par Paul Mba Abessole, la célébration de nos arts, techniques et mé- tiers est désignée sous une expression variable. Tantôt, pour s’y référer on parle de la « fête de la culture », tantôt il est question de la « fête des cultures ». Sous ses deux appellations, désigne-t-on la même chose ?

GABON LIBREVILLE

J’avoue que « fête des cultures » me laisse perplexe, et je ne suis pas loin de penser, comme dirait Borges que « ce pluriel est bien singulier ». Puisque, sous la diversité de ses manifestations, la pluralité de ses genres et la multiplicité de ses formes, on retrouve l’expression d’une seule et même culture dont l’essence – si elle existe – enveloppe l’idée d’unité. Nietzsche a d’ailleurs fait œuvre d’élucidation sémantique à ce sujet, lorsqu’il définit la culture comme un tout indissoluble reflétant l’esprit d’une Nation. La même idée est aussi véhiculée à travers la diversité culturelle comme vecteur de cohésion nationale.

Il serait donc judicieux de retenir « fête de la culture » gabonaise. A moins qu’on n’intègre au calendrier des festivités, des cultures venues d’autres horizons, ce qui, à vrai dire, changerait la nature et la portée de cet événement national. Pour lui conserver cette dimension, il suffirait pour chaque édition, de mettre à l’honneur un pays invité, avec lequel le Gabon entretient des échanges culturels ou souhaite créer ou approfondir de telles relations. Bref, il nous faut préserver l’universalité de la culture.

Fortuné Nkonene,

Extrait de La Loupe n°325 du vendredi 05 mai 2017

Laissez votre commentaire