Fegafoot/ Pierre Alain Mounguengui: «ma candidature gêne»

Pierre Alain Mounguengui, président de la Fegafoot © GMT

A fait savoir ce 21 mars 2018, le président sortant de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), Pierre Alain Mounguengui (PAM), à la faveur d’une conférence de presse «vérité», animée à Libreville dans une structure hôtelière de la place . Candidat pour un second mandat de suite, PAM a également dressé le bilan de ses quatre ans de magistère à la tête de l’instance faîtière du football national.

Au cours de cet échange avec la presse, Pierre Alain Mounguengui (PAM)  n’a éludé aucune question même si temps à autre il préférait tourner autour du pot quand une question lui semblait pertinente ou embarrassante  pour le moins qu’on puisse dire.

Venu pour parler de son bilan et des perspectives, c’est-à-dire, du nouveau projet qu’il compte mettre à l’actif du football gabonais si les délégués venaient à lui renouveler leur confiance, le 31 mars prochain, date de l’élection du Comité exécutif de la Fegafoot. PAM n’a eu cette occasion, car les questions lui ont été posées tournaient essentiellement sur la gestion de l’équipe nationale les Panthères du Gabon au sein de laquelle une véritable indiscipline règne depuis un certains temps.

Sur ce volet qui a retenu les attentions des journalistes, le candidat à sa propre succession à la tête de la Fegafoot a tenté de se défendre tant bien que mal en évoquant les changements qu’il a pu opérer : «Lorsque je suis arrivé à la tête de la Fegafoot, j’ai pu obtenir du chef de l’Etat, certains moyens, notamment les primes de regroupement et de  matches. Les moyens de transports des joueurs et le staff de l’équipe nationale qui voyagent désormais en fret et en première classe lors des regroupements», se gargarise-t-il.

Au sujet des  cas notoires d’indisciplines enregistrés au sein de la tanière des Panthères depuis les deux dernières années, le patron de la Fegafoot a préféré faire la part des choses. «La fédération est l’organe qui prend uniquement en charge les  aspects techniques. L’Etat via le ministère des Sports, s’occupe de la gestion financière», s’est-il défendu.

S’exprimant sur l’attitude des internationaux gabonais, Pierre Alain Mounguengui a expliqué qu’il n’est pas de son ressort de surveiller les joueurs qui sont de surcroît des adultes. «Nous avons sanctionné certaines joueurs pour mauvais comportement à l’instar de Didier Ibrahim Ndong», a-t-il précisé. «Quand Didier Ibrahim Ndong a été renvoyé dans son club en Angleterre, le président de l’AO CM Bosco Alaba-Fall, a fait des interventions pour tenter de faire revenir le joueur en équipe nationale», a-t-il cité entre autre comme cas d’ingérence.

Sur la prétendue lettre qu’il aurait adressée aux autorités en 2014 dans laquelle il s’engageait à ne faire qu’un seul mandat à la tête de la Fegafoot, Pierre Alain Mounguengui a balayé d’un revers de la main ces allégations. «Pour les gens qui affirment que ce document existe, je leur demande de le publier où besoin se fera», a-t-il démenti. pour lui, cette affaire de lettre est une pure invention visant à le déstabiliser à quelques jours  du  scrutin. «Je sais que ma candidature gêne plus d’un au point que les gens inventent de telle chose. je vais à l’élection comme les quatre autres candidats. Il n’est pas question pour moi de m’arrêter en chemin alors que je suis déjà dans le processus électoral », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire